Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Lampedusa : affrontements contre les expulsions, et nouvelles arrivées de harragas
(Le 16 septembre 2011)

Migrants : nouveaux affrontements dans le centre d’accueil de Lampedusa, un policier blessé

Palerme, Septembre 14 (AGI) - Nouvelles émeutes et affrontements dans le centre d’accueil de Lampedusa, où un groupe de Tunisiens ont protesté contre le rapatriement d’un groupe de leurs compatriotes transférés ce matin de Lampedusa à Palerme. Au cours des affrontements un policier a été légèrement blessé. La situation, telle que confirmée par la police, est revenue à la normale maintenant. « Autour de l’auberge, il y a « un cordon de policiers et la police est prête à intervenir à tout moment. Pendant ce temps dans l’après-midi plus de 100 Tunisiens ont été transférés à Palerme pour être rapatriés. Reste actuellement « près de 800 sans-papiers au centre de rétention pour migrants de Lampedusa.

Presse locale traduit par le chat noir émeutier, 14/09/2011


Italie : près de 300 immigrés tunisiens arrivés à Lampedusa

RFI, 18 septembre 2011

Près de 300 migrants venus de Tunisie sont arrivés dans la nuit de samedi à dimanche sur l’île italienne de Lampedusa, marquant une recrudescence des débarquements malgré un accord entre Rome et Tunis pour dissuader les départs et rendre systématiques les rapatriements. Au total, 287 candidats à l’immigration sont arrivés à bord de trois embarcations différentes, selon les autorités locales. Les garde-côtes ont directement pris en charge les passagers de deux bateaux qui dérivaient dangereusement et transportaient 167 personnes dont 4 femmes et de nombreux enfants. La troisième embarcation, avec à bord 120 Tunisiens dont beaucoup de mineurs, a dû être escortée par la police douanière jusqu’à Lampedusa.

Entre les 441 immigrés arrivés le week-end dernier à Lampedusa et ceux qui y ont débarqué depuis, environ un millier de candidats à l’immigration tunisiens sont arrivés à Lampedusa en une semaine.


La vague de "harraga" tunisiens sur Lampedusa se poursuit

lexpressiondz.com (Algérie), 15 Septembre 2011

La vague de migrants clandestins tunisiens de Lampedusa s’est poursuivie jeudi, avec l’arrivée sur l’île sicilienne de 95 d’entre eux, à bord d’une embarcation de fortune, a rapporté l’agence italienne Ansa. L’embarcation en question qui avait réussi à tromper la vigilance desgardes côtes tunisiens avait été repérée par une patrouille de la garde financière italienne, avant d’être escortée jusqu’au port de l’île, selon la même source.

Deux enfants étaient parmi le groupe de migrants, qui ont été transférés au centre d’accueil de l’île, pour identification et éventuellement rapatriement, après une rétention de 6 à 18 mois, en vertu d’une nouvelle loi italienne sur l’immigration clandestine qui fait controverse.

La veille, de nouvelles émeutes et des affrontements ont eu lieu dans le centre d’accueil de Lampedusa, où un groupe de Tunisiens avaient protesté contre le rapatriement d’un groupe de leurs compatriotes transférés pour ce faire, de Lampedusa à Palerme, selon les médias italiens, qui ont précisé qu’au cours des affrontements, un policier (italien) a été légèrement blessé.

Le rapatriement systématique de migrants clandestins tunisiens arrivés en Italie est inscrit dans l’accord liant Rome et Tunis, depuis avril dernier, mais cette mesure ne semble nullement, décourager les candidats à l’immigration économique en provenance des côtes tunisiennes.

Lundi dernier, le ministre italien de l’Intérieur, Roberto Maroni, s’était déplacé à Tunis, où il avait évoqué avec des membres du gouvernement provisoire tunisien la coopération bilatérale, notamment en matière de lutte contre l’immigration clandestine, selon un communiqué du ministère italien.

Ce déplacement a coïncidé avec la reprise sur Lampedusa de la vague migratoire en provenance des côtes tunisiennes, l’île, après un répit de quelques mois, ayant accueilli en moins de deux semaines, un millier de ressortissants tunisiens, ont noté à cet égard, des observateurs. Les centres de rétention de migrants clandestins et de réfugiés en Italie,ne sont pas accessibles aux représentants des médias qui subodoraient des atteintes aux droits de l’homme dans ces espaces.

En réaction à ces suspicions, le parlement européen, a voté mardi dernier, une résolution selon laquelle l’agence pour la gestion des frontières extérieures de l’Union européenne (Frontex), devrait désigner un inspecteur vérifiant queles contrôles aux frontières respectent les droits de l’homme.


Italie : Lampedusa prise d’assaut par les harragas tunisiens

lexpressiondz.com (Algérie), 12 Septembre 2011

De nombreux « harraga » ont débarqué lundi dernier, à Lampedusa en provenance des côtes tunisiennes, selon les médias italiens. Il s’agit de 98 migrants, dont une femme, qui ont rejoint l’île sicilienne après avoir été secourus par un bateau de patrouille italien, et ils seraient des ressortissants tunisiens, selon ces sources.

Samedi dernier, l’île sicilienne (Lampedusa) avait accueilli près de 600 nouveaux migrants et sa voisine, Linosa en a reçu 36 autres candidats à l’immigration.

Ce sont en tout huit embarcations de fortune qui ont rejoint les côtes italiennes depuis trois jours. On a dénombré jusqu’ici quelque 1.200 immigrants dont de nombreux enfants, qui seront tôt ou tard, renvoyés dans leur pays d’origine, s’il s’avère qu’ils ne sont pas des ressortissants de pays en état de guerre, comme le faisait systématiquement Rome .

En dépit de l’accord entre Rome et Tunis signé en avril dernier, autorisant les autorités italiennes à rapatrier les candidats tunisiens à l’immigration clandestine en Italie, les jeunes tunisiens n’en démordaient pas.

Depuis de début de l’année, le ministère italien de l’Intérieur a comptabilisé près de 25.000 immigrés en provenance des côtes tunisiennes et plus de 23.000 des côtes de Libye. Paradoxalement, les arrivées de réfugiés fuyant la guerre en Libye ont cessé, mais les migrants qui embarquent des côtes tunisiennes pourraient être des personnes qui ont quitté la Libye pour la Tunisie.

Suivant
Imprimer l'article