Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Liège - Des émeutes après l’assassinat du braqueur
(Le 14 novembre 2011)

LIEGE - Il y a une semaine, Jordy Kasavubu (18 ans) a été assassiné par un bijoutier lors d’une tentative de braquage. Jordy et son complice attendaient le bijoutier devant chez lui. Quand le bijoutier a remarqué leur présence devant la grille d’entrée de sa villa, il a sorti une arme et a tiré cinq coups. Jordy était mortellement touché, l’autre a été blessé à une main et s’est rendu plus tard. Il a été incarcéré. L’assassinat de Jordy a été immédiatement qualifié comme un acte de légitime défense.

Une semaine plus tard, c’était l’enterrement de Jordy. Le bourgmèstre de la ville, Willy Demeyer (PS) avait interdit tout rassemblement, mais quand-même 300 personnes ont répondu à l’appel de manifester. Après l’enterrement, la manif s’est mis en route vers le centre-ville. Elle s’est heurté à une importante force policière, les manifestants ont alors commencé à caillaisser les flics. La police a assez rapidement dispersé la manif, par la force, prenant en chasse les manifestants. De petits groupes d’émeutiers ont alors commencé à saccager des voitures et des vitres de commerces.

Le lendemain, le samedi, des émeutes ont éclatés vers 18h, dans le centre-ville de Liège. Des émeutiers, en petits groupes, sont partis à casser dans le centre-ville : des vitres de commerces, des restaurants, une galérie commerciale, des dizaines de voitures et la Maison de la Ville. Quelques cocktails molotovs auraient été jetés : contre un bus de la TEC, contre deux voitures qui ont été cramées et contre la "Maison du Péket" (le péket est un liqueur, symbole de la ville de Liège). Des poubelles ont été incendiées, plus précisement autour d’une station-service. La police a été un peu surprise, mais a vite sorti les gros moyens pour stopper la propagation des petits groupes d’émeutiers au centre-ville : ceux qui avaient l’air jeune, ont été systématiquement contrôlé, notamment par des groupes de policiers en civils. Au total, 30 personnes ont été arrêtées. Deux sont incarcérés : un dans un IPPJ, un dans la prison de Lantin. Ils sont accusés de différents délits. L’ordre dans le centre-ville a finalement été rétabli vers 23h.

13/11/2011


ANVERS - Tard la nuit, des jeunes ont été vus en train d’incendier un véhicule, qui a été complètement détruit. (13/11/2011)

GHLIN - Hier matin, en l’espace d’un peu plus d’une heure trentre, plus précisément entre 6 h et 7 h 40, les pompiers de Mons ont eu à intervenir à quatre reprises à Ghlin pour des incendies de véhicules. La police de Mons-Quévy a, bien évidemment, été avisée. Elle mène l’enquête. (14/11/2011)


MONS - Samedi soir, il était 20 h 45 lorsque les pompiers de Mons ont été appelés au lycée technique à la rue du Nouveau Monde. Un incendie y était déploré. Un container placé dans la cour était en feu. Il a fondu. Étant donné que celui-ci se trouvait sur une grille de ventilation, l’écoulement a fait que les portes de la chaufferie de la cave ainsi que le local technique ont été touchés. Avis a été fait au magistrat de garde du parquet de Mons. L’origine est, sans conteste, volontaire. La police de la Haute Senne, qui a procédé aux constatations d’usage, mène l’enquête pour identifier l’auteur.

14/11/2011 http://www.dhnet.be/dhjournal/archives_det.phtml ?id=1204462

Suivant
Imprimer l'article