Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bologne : le 29 février, l’Etat passe les anarchistes en procès
(Le 29 janvier 2012)

[L’audience de fixation ayant eu lieu le 12 décembre 2011, le procès contre les anarchistes de Bologne (les 5 ex-incarcérés plusieurs mois l’an dernier suite à l’opération "Outlaw" du 6 avril 2011, plus 22 autres) débutera le 29 février 2012. Du coup, nous repassons ce texte, traduit le 4 décembre.
Rappelons que la procureure Morena Plazzi, en charge de l’opération contre les compagnons anarchistes du local Fuoriluogo, a assuré vérifier près de 3300 procédures ouvertes ces dernières années contre eux -collages et tags, manifs non autorisées, dégradations, etc.- afin qu’aucune ne soit archivée et que toutes débouchent judiciairement]

Bologne : le 12 décembre, l’Etat passe les anarchistes en procès

Orchestrée par une collaboration entre Ministère de l’Intérieur, ENI [multinationale du l’énergie italienne] et parquet de Bologne, en la personne de Morena Plazzi, et mise en scène par la Digos bolognaise, l’opération répressive déclenchée en avril dernier contre 27 personnes arrive à l’audience de fixation.

A l’aube du 6 avril, les larbins de l’Etat ont envahi nos domiciles à la recherche de preuves et d’expédients pour nous incarcérer et nous diviser, en nous accusant d’ "association de malfaiteurs à finalité subversive". Immédiatement en ont suivi des détentions provisoires et autres mesures de contrôle, ainsi que la mise sous séquestre de l’Espace de documentation Fuoriluogo. Les mois suivants, les keufs et le parquet ont continué de s’en prendre à ceux qui se sont montrés solidaires, en offrant des espaces et du soutien, ceux qui ne se sont pas laissés intimider par la violence de la répression.

Mais de quoi nous accusent-ils ?
Ils nous disent que nos rapports, nos espaces, nos pratiques et nos idées sont les bases d’une association de malfaiteurs. Ils défendent leur château de carte accusatoire sur la base de délits comme rébellion, dégradations, manifestations et rassemblements non autorisés, les chefs d’inculpation classiques qui traînent au-dessus de la tête de ceux qui portent des luttes en avant.

Pourquoi une association de malfaiteurs ?
Parce que l’Etat a besoin de trouver un expédient judiciaire pour contenir la rage de tous, en l’attribuant à quelques uns, créant une séparation entre bons et méchants, et en nous collant sur le dos des catégorisations hiérarchiques qui nous sont étrangères [dans une association de malfaiteurs, l’Etat établit des degrés de responsabilité selon ses propres codes, NdT].

Tous ceux qui veulent jouir intensément de la liberté, réussir à la goûter et à la partager, tous ceux qui veulent continuer à lutter sans compromis contre un monde toujours plus pourri, fait de hiérarchies et d’argent, se trouveront toujours face à un uniforme prêt à les en empêcher, mais ils rencontreront également des rapports d’affinité complice passionnés.

Surtout en une époque de crise comme celle-là, où il est toujours plus évident que le capitalisme n’a vraiment plus rien à offrir, où des explosions de rage se produisent et où les possibilités de révolte redeviennent ici aussi une menace, l’allusion au fait de vouloir jouir pleinement de la liberté devient dangereuse pour ceux qui doivent maintenir leurs privilèges, et passe une fois de plus en procès.

Le 12 décembre 2011, anniversaire du massacre d’Etat de piazza Fontana, l’Etat passe les anarchistes en procès.

Lundi 12 décembre 2011
10h : rassemblement en solidarité avec les accusés, piazza del Nettuno
17h : assemblée publique sur la situation répressive actuelle et le contexte social dans lequel elle s’insère (...)

Traduit de l’italien de informa-azione, Mer, 30/11/2011 - 19:13

Suivant
Imprimer l'article