Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Nouvelles manifs étudiantes en Grèce et affrontements
(Le 15 juin 2006)

jeudi 15 juin 2006, 18h09

Manifestation d’étudiants à Athènes

ATHENES (AP) - Plus de 10.000 étudiants ont manifesté jeudi dans le centre d’Athènes contre un projet de réforme du gouvernement conservateur, selon la police. Des bureaux de banque, vitrines et voitures ont été vandalisés mais il n’y a eu ni arrestations ni blessés.

Des affrontements entre police et étudiants dans la capitale la semaine dernière s’étaient soldés par 14 blessés, dont quatre policiers, et quatre arrestations.

Des sit-ins étaient également organisés jeudi dans plus de 400 universités de Grèce pour protester contre l’intention du gouvernement d’autoriser la création aujourd’hui anticonstitutionnelle d’universités privées payantes. AP

**********

Le mouvement étudiant en Grèce a atteint des niveaux explosifs

C’est du jamais vu ! ! ! ! 407 facultés sont désormais occupées. 241 facultés universitaires sur 258 et 166 facultés des Hautes Ecoles sur 198 dans toute la Grèce. Soit presque 90% des facultés sont occupées par des étudiants.

Pour la faculté de Médicine de Thessalonique, comme pour le plus part des facultés, la session de juin est déjà raté. Cette faculté vient conclure sa 3ème semaine d’occupation- avec trois supers AG qui l’ont confirmé-. Impossible de rattraper les cours, laboratoires et autres activités nécessaires. Encore plus impossible d’entamer la procédure des examens vu que le Secrétariat est fermé et que les salles sont inaccessibles.

Tous les étudiants de Grèce se trouve dans cette même position et leur majorité semble être d’accord sur le point suivant : « Tant que la loi-cadre nous hante nous ne pouvons pas baisser les bras, même si cela veut dire rater notre session d’examens ». La preuve, dans l’espace de deux semaines le nombre des facultés occupées a doublé et la participation aux AGs atteint de chiffre records.

Hier, Jeudi 15/06, même les plus suspicieux (par exemple, le Ministère de l’Education qui parle de désinformation et manipulation des étudiants) ont eu la preuve que ce mouvement est décidé d’aller jusqu’au bout.

15000 à Athènes, 8000 à Thessalonique, 1000 à Ioannina plus ou moins la même chose à Volos, Chalkida, Corfu et 400-500 étudiants à l’île de Mytlini (Chios).

Même si celle-ci est la troisième mobilisation de ce type dans un mois. C’est celle qui a regroupé les plus gens dans les plus des villes.

Toutefois les étudiants ne se mobilisent pas tous seuls. Ils ont le soutient des plusieurs parti politiques (notamment le KKE, le NAR, le SYN et le PASOK), des syndicats (GSEE, ADEDY et du Front Syndical du KKE le PAME), des associations et personnalités.

Le Ministère essaie de se rattraper

Depuis le début du mouvement le Ministère parlait de désinformation des étudiants et de leur manipulation par des groupements gauchistes. Toutefois depuis le début de cette semaine et vu l’ampleur du mouvement, Gianakou (la Ministre de l’enseignement) a changé de ton. Premièrement elle a dit que la proposition de loi qui prendrait les proposition des loi cadres ne sera pas discuter lors de la séance d’été du Parlement comme prévu mais à la séance plénière de la rentré-une fois les élections communales passées. Deuxièmement elle essaie de séduire le mouvement en proposant le dialogue et la négociation sur le contenu de la loi cadre. En fin hier elle a accepté de parler avec une « délégation » de la coordination de occupation- dont la représentativité a été contestée par beaucoup - et elle leur a dit un vague « Il n’y a aucun danger pour asile académique et les syllabus gratuits ».

Il est évident que le Gouvernement sent la pression et sent qu’il a mal géré l’affaire (trop de reformes anti-populaire, manipulation médiatique, répression violentes du mouvement etc.). Surtout à quelques mois des élections il veut apaiser la situation, mais il est probablement trop tard.

Le mouvement rencontre beaucoup des difficultés (massification, participation dans les occupations, vacances etc.). Malgré celle-ci, le mouvement tient encore le coup. Il grandi, acquiert ses expériences, développe sa conscience. Nous ne pouvons que lui faire confiance et tirer les leçons après.

To be continued…..

Links :

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=526321

http://www.rizospastis.gr/page.do ?publDate=16/6/2006&id=6747&pageNo=13&direction=1

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=526677 mytilini

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=526847 les photos des anar qui s’amusent à casser

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=526874 Manif 15/06 Thessalonique

http://sykpi.blogspot.com site de l’occupation à Ioannina (Nord Est de la Grèce)

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=527312 Manif 15/06 Thessalonique

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=527464 Manif 15/06 Athènes

http://athens.indymedia.org/front.php3 ?lang=el&article_id=527555 Manif 15/06 Athènes 2

Auteur : Aris Oikonomou mercredi 21 juin 2006 21:30

[http://lille.indymedia.org/article.php3 ?id_article=5812]

Suivant
Imprimer l'article