Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Aubervilliers, deuxième nuit d’émeute
(Le 2 avril 2005)

Emeutes en série à Aubervilliers

Lundi 04 avril 2005

Aubervilliers (93) a connu samedi soir sa deuxième nuit d’émeutes d’affilée. Une douzaine de voitures, ainsi qu’un entrepôt, ont été incendiés et une dizaine de jeunes interpellés. La veille, la police avait déjà procédé à une trentaine d’arrestations. Depuis vendredi soir, un important groupe de jeunes défie les forces de l’ordre présentes en nombre chaque nuit dans le secteur. Ces violences surviennent après la mort, vendredi après-midi, d’un jeune originaire d’une cité d’Aubervilliers qui a chuté de scooter alors qu’il était poursuivi par la brigade anti-criminalité (BAC) dans les rues de Saint-Denis.

La victime avait été prise en chasse vers 16 heures pour une raison non précisée. Selon le préfet de Seine-Saint-Denis, « il roulait à 70 km/h lorsqu’il a percuté un plot anti-stationnement avant d’être éjecté et de percuter un second plot ».

Vendredi soir, peu avant minuit, plusieurs dizaines de jeunes remontent l’avenue de la République, brisant vitrines et Abribus sur leur passage. « Ils étaient une cinquantaine. Ils ont même essayé de mettre le feu à ma devanture », affirme le patron du Balto qui, balai à la main, nettoie les bouts de verre devant son tabac vandalisé. Peu avant, le groupe descend la rue Henri-Barbuse, incendiant et cassant de manière systématique toutes les voitures qui y sont stationnées. Puis c’est dans une cité du boulevard Felix-Faure que quatre véhicules sont brûlés.

Quatre-vingts policiers ont patrouillé toute la nuit dans une ambiance tendue, aux trousses des émeutiers. Plusieurs affrontements ont lieu et de nombreux cocktails Molotov seront retrouvés sur les jeunes interpellés.

Grégory Magne

20 Minutes, 04 avril 2005


Aubervilliers, Des émeutiers condamnés

Comparutions immédiates à la chaîne au tribunal correctionnel de Bobigny après les émeutes dont Aubervilliers (93) a été le théâtre le week-end dernier. Lundi, deux jeunes majeurs ont été condamnés à deux mois de prison ferme. Un mineur a aussi été placé en détention provisoire, tandis que dix-huit autres personnes étaient mises en examen. Hier après-midi encore, huit autres jeunes comparaissaient pour les mêmes faits.

Un jeune originaire d’une cité d’Aubervilliers avait trouvé la mort vendredi après-midi à scooter alors qu’il était poursuivi par une voiture de police. Selon le procureur de la République, les expertises ont démontré qu’il n’y a pas eu contact entre le scooter et le véhicule de police. Durant les deux nuits suivantes, une dizaines d’émeutiers avaient incendié des voitures dans la ville. La tension n’est toujours pas retombée puisque hier le tribunal d’instance d’Aubervilliers a fait l’objet d’une tentative d’incendie criminel.

20 Minutes, Paris, Mercredi 06 avril 2005

Suivant
Imprimer l'article

Emeute à Aubervilliers le 02 avril 2005