Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Val Susa : extension du chantier TAV, un manifestant proche de la mort
(Le 28 février 2012)

Val Susa : extension du chantier TAV, un manifestant proche de la mort

reçu par mail, lundi 27 février 2012

Ce matin ont commencé les expropriations des terrains pour élargir le chantier de construction de la ligne TAV qui relie Turin à Lyon.

Parmi ceux qui dormaient sur place pour surveiller un possible débarquement des keufs, une personne décide de monter sur un pylône haute tension pour gagner du temps et permettre la diffusion de l’info et l’arrivée d’un plus grand nombre d’ opposants dans la vallée.

Arrivé à environ 15 m d’hauteur, il tombe électrocuté au sol. Ses jours sont en danger. Une mobilisation très rapide est en train de bloquer toute la vallée, les opposants veulent empêcher la relève des équipes de flics qui sont de toute façon en train de raser les terrains autour du chantier. Malgré l’accident, les keufs et leurs pelleteuses, méprisent comme d’habitude la volonté des habitants de cette vallée dont Luca Abba fait partie.

Depuis toujours Luca, agriculteur et habitant de cette vallée, luttait contre la construction de cette "oeuvre" inutile qui, sous prétexte économique, voudrait ravager cette vallée et en empoisonner les habitants. Cette lutte n’est pas seulement celle de cette vallée, elle est tout juste la pointe d’un iceberg qui ravage tout sur son passage.

Ici comme ailleurs, les capitalistes et leurs chiens de garde nous piétinent, nous tabassent, nous écrasent.

Ici comme ailleurs nous sommes voués à l’échec si nous savons pas y opposer une détermination massive faite de milles moyens différents mais d’une rage commune.

Des RDV et des actions sont prévues les prochaines heures et jours.
Pour suivre, vous pouvez aller sur les sites de : radio blackout, informa-azione et no-tav.

Val Susa en lutte


Un opposant au TGV Lyon-Turin grièvement blessé

AFP, 27.02.12 à 11h53

Un opposant au TGV Lyon-Turin a été grièvement blessé lundi en tombant d’un pylône électrique dans la vallée de Suse (Piémont, nord), où ont débuté dans la matinée les travaux d’extension du chantier de Chiomonte. Luca Abbà, 37 ans, un des dirigeants historiques du mouvement d’opposition au TGV, qui faisait partie d’un groupe d’une vingtaine de manifestants, a escaladé un pylône supportant une ligne haute tension : électrocuté, il est tombé d’une hauteur de dix mètres.

Un hélicoptère l’a transporté en urgence dans un hôpital de Turin, qui se trouve à une soixantaine de km. Ses blessures sont très graves : outre les blessures traumatiques consécutives à la chute, Luca Abbà souffre de graves brûlures.

Quelque 150 opposants au TGV se sont réunis sur le terrain de sport de la commune voisine de Giaglione, en présence notamment du président de la communauté du Val de Suse et du Val Sangone, qui a adressé au préfet de Turin un télégramme pour lui demander « de suspendre les opérations sur le chantier afin de ne pas faire monter la tension ».

Ce TGV, dont le coût total est estimé à près de 20 milliards d’euros, doit permettre de raccourcir le trajet Paris-Milan à un peu plus de quatre heures, contre sept actuellement, et celui Lyon-Turin à moins de deux heures contre plus de quatre aujourd’hui. Projet stratégique pour le réseau européen, il devrait ainsi permettre de libérer la route de 700.000 camions par an.

Ce projet suscite une vive opposition d’une partie de la population dans la vallée de Suse, qui estime qu’il s’agit d’un projet « inutile et coûteux » mettant en danger l’environnement dans cette étroite vallée. La fin du chantier est prévue en 2023.

Suivant
Imprimer l'article