Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Latina (Italie) : des anarchistes perturbent la visite d’un membre du KKE grec
(Le 15 mars 2012)

Latina (Italie) : des anarchistes perturbent la visite d’un membre du KKE

Traduit de l’anglais par non-fides de actforfreedom, March 9, 2012

Aujourd’hui, le 7 mars 2012, un meeting se tenait à Latina, organisé par la Gauche Populaire avec le KKE grec. Le parti grec a envoyé un de ses membres pour parler de « comment faire face à la crise du capitalisme en Grece et en Italie » aux cotés de Rizzo, membre de la Gauche Populaire de Latina.

Pour commencer, Rizzo s’est félicité de la présence de tant de jeunes personnes jusqu’à ce qu’il se rende compte que TOUS les jeunes présents dans le hall (âgés de 16, 17, 18 et 23 ans) étaient des anarchistes venu pour l’emmerder lui et son ami grec. Aussitôt après avoir vu les symboles de ces jeunes gens (A cerclés et drapeaux noirs), Rizzo a commencé à proclamer des choses comme : « Les anarchistes n’ont jamais fait de révolution, l’anarchie n’a jamais mis un bâton dans les roues du capitalisme » et continua en se moquant des squatters et en faisant l’apologie de l’URSS, qui selon lui, a réussi a représenter un problème pour le capital (vraiment ?). Ses proclamations terminées, un des jeunes s’est levé et a commencé a poser des questions inconfortables au membre du KKE [Ndt mais quel intérêt de discuter avec des crapules pareilles ?].

Il a demandé pourquoi le KKE avait décidé de charger les rebelles hors du parlement lors d’une journée chaude à Athènes et pourquoi son parti collaborait avec les flics anti-émeute à de nombreuses occasions. Le grec a tout nié, demandant des preuves de ce qui était avancé. Il lui a été rétorqué l’existence de nombreuses vidéos montrant clairement le KKE en train de charger, mais le grec n’a rien voulu admettre. La discussion s’est donc arrêtée là, avec certaines personnes dans le hall soutenant les anarchistes et d’autres riant ironiquement, ne sachant pas quoi faire d’autre face au silence qui suivit.

L’affiche grecque ci-contre a été retrouvée sur place :

Elle montre les syndicalistes/flics du KKE attaquant un rebelle à Athenes.

On y lit :
L’attaque des racailles casquées du P.A.M.E. n’est pas la guerre civile "qui fait le jeu de l’Etat".
C’est une attaque contre l’Etat lui-même et ses laquais.

Suivant
Imprimer l'article