Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Miramas (Bouches-du-Rhône) : de jour comme de nuit
(Le 20 mars 2012)

Miramas (Bouches-du-Rhône) : Stupeur après l’attaque de policiers au cocktail molotov

Maritima, 19/03/2012 à 15h20

Les faits sont survenus en pleine après-midi. Alors que deux fonctionnaires de la police municipale pénétraient dans leur local pour récupérer des documents, un homme cagoulé entre et jette un cocktail molotov à l’intérieur. Plus de peur que de mal...

Après le choc, c’est la consternation. Deux jours ont passé, mais élus et policiers n’en reviennent toujours pas. Car comme le souligne Jean-Pascal Clain, le chef de la police municipale de Miramas, "il ne s’agit pas d’un caillassage, d’une bagarre ou d’une interpellation musclée, mais bien d’un cocktail molotov. Il n’est pas question ici de nuire à une intervention policière, c’est tout simplement un acte criminel". C’est samedi, en milieu d’après-midi, lorsque deux fonctionnaires de police retournent au poste pour récupérer des documents et faire une pause, que l’un d’entre eux a tout juste le temps d’apercevoir une personne encagoulée et le projectile s’envoler dans leur direction. La bouteille de bière remplie d’essence et coiffée d’un chiffon enflammé s’écrase dans le local, il faudra dix minutes pour venir à bout des flammes qui ne feront, heureusement, aucun blessé.

Ce n’est pas la première fois que les policiers miramasséens sont pris pour cible, quelques jours avant Noël, deux femmes fonctionnaires de police avaient vu leur véhicule violemment caillassé alors qu’elles venaient de terminer leur service, habillées en civil. Rebelote en janvier, quand d’autres voitures de police subissent de violents jets de pierres, toujours sans provoquer de blessure. Une "signature" que l’on a également pu lire samedi, une fois le feu éteint, sur les véhicules stationnés devant le poste...

Suivant
Imprimer l'article