Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Lille : attaque contre des locaux de l’armée de terre
(Le 6 avril 2012)

Lille : attaque contre des locaux de l’armée de terre

Un site de merdre, 4 avril 2012

« Un incendie s’est déclaré le 2 avril à 5 heures du matin dans les locaux du Centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) de Lille. Fort heureusement, le feu a été rapidement maîtrisé par les pompiers, rapidement avertis par les riverains. Au final, une salle placée au rez-de-chaussée a été sinistrée.

Les policiers de la Sûreté urbaine de Lille privilégient la piste criminelle pour expliquer cet incendie, étant donné que, vraisemblablement, le feu a été mis par des papiers enflammés qui ont été jetés par une fenêtre dont la vitre avait été préalablement brisée ».


Incendie suspect dans les locaux de l’Armée de terre

Nord Eclair, 03 avril 2012 à 06h00

Un feu s’est déclaré hier vers 5 h du matin dans les locaux de l’Armée de terre, place des Bleuets à Lille-centre. Les pompiers ont été appelés par des riverains qui ont vu des fumées s’échapper du Centre d’information et de recrutement des Forces armées (CIRFA), dans un poste de garde au rez-de-chaussée.

Il n’y avait personne à l’intérieur et les hommes du feu sont parvenus à éteindre l’incendie rapidement. La police, également sur place, a constaté qu’une vitre avait été brisée. D’après les premières constatations, des papiers enflammés auraient été jetés à l’intérieur du bâtiment. La Sûreté urbaine de Lille a été chargée du dossier. Si l’incendie est bien d’origine suspecte, il semble, d’après une source proche du dossier, plutôt l’oeuvre d’un petit plaisantin aux intentions malveillantes que d’un criminel déterminé à brûler tout le bâtiment...

Suivant
Imprimer l'article