Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Toulouse : des journaflics japonais apprennent les bonnes manières
(Le 16 avril 2012)

Toulouse. Un pavé jeté sur le taxi de Japonais aux Izards

La Dépêche du Midi, 16 avril 2012

Une équipe de journalistes japonais a été prise à partie jeudi midi, par plusieurs jeunes, dans le quartier des Izards. Un lourd pavé a été jeté sur le pare-brise de leur taxi. Personne n’a été blessé.

L’affaire Merah a jeté, par ricochet, un coup de projecteur sur le quartier dit sensible des Izards à Toulouse où le « tueur au scooter » avait passé son enfance. Depuis, les journalistes du monde entier se pressent dans la cité pour illustrer leurs reportages et tenter de comprendre le parcours du terroriste.

Ce soudain intérêt n’est pas du goût de certains habitants du quartier. Jeudi, une équipe de tournage, venue du Japon, en a fait les frais. « J’ai chargé ces quatre personnes au niveau de la place Wilson vers 11h45, raconte, encore sous le choc, un chauffeur de taxi. Les journalistes voulaient que je les emmène aux Izards et dans les quartiers sensibles de Toulouse. J’ai un peu hésité mais je me suis dit qu’à midi, en pleine semaine, on ne craignait rien. »

Le taxi prend donc le chemin des Izards et parcourt la cité. « Tout à coup, je ne sais pas pourquoi, sans doute parce qu’ils filmaient, on a été pris à partie par des jeunes, relate-t-il. J’ai reçu un pavé sur le pare-brise, côté passager. Heureusement, il n’a pas traversé. Tout de suite, on a décidé de repartir et on a continué d’être caillassés. »

Des images diffusées dans le monde entier

Journalistes et chauffeur de taxi sont très choqués. « On a vérifié que personne n’était blessé car il y avait beaucoup de morceaux de verre. Heureusement, les dégâts n’étaient que matériels. » L’artisan a porté plainte auprès de la police. Il déplore : « Les Japonais ont tout filmé et vont le diffuser. Quelle image va-t-on donner de Toulouse et de la France dans le monde entier ? »

Si l’agression dont ont été victimes ces personnes est très violente, de nombreux journalistes témoignent avoir été verbalement pris à partie dans le quartier depuis la mort de Mohammed Merah.

Suivant
Imprimer l'article