Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Istres (Bouches-du-Rhône) : guet-apens et gratuité
(Le 27 avril 2012)

Deux agents de police blessés à Istres

AFP, 27/04/2012 à 19:15

Attirées dans un guet-apens, les forces de l’ordre ont été prises à partie. Sept personnes ont été interpellées.

Deux policiers ont été blessés et sept personnes ont été interpellées dans la soirée de mercredi lors d’une violente altercation dans le quartier des Échoppes, à Istres (Bouches-du-Rhône).

Vers 21 h 30, les policiers d’Istres ont d’abord été alertés pour une fuite de gaz dans ce quartier proche du centre-ville. L’incident s’avère factice, mais, peu de temps après, les forces de l’ordre sont rappelées pour un prétendu différend entre riverains. Les agents constatent que cette alerte est également sans fondement. Lors de cette seconde intervention, plusieurs individus commencent toutefois à s’en prendre aux policiers. Tristement courant dans certains quartiers sensibles, le guet-apens ne fait plus de doute. Aux agressions verbales, insultes puis menaces, suivent les jets de pierres. Deux fonctionnaires de police d’Istres sont légèrement blessés. Une voiture de la police municipale présente sur les lieux voit son pare-brise voler en éclats et un autre véhicule, de la police nationale cette fois, est légèrement endommagé. L’émeute naissante déclenche la mobilisation de l’ensemble de la police municipale et nationale d’Istres, renforcé par des policiers des brigades anticriminalité (BAC) de Martigues et de Salon-de-Provence.

Les incidents ont pris fin peu avant 23 heures. Sept personnes, originaires d’Istres et de Miramas (Bouches-du-Rhône), ont été interpellées par les forces de l’ordre. Parmi elles, deux mineurs. Six de ces sept individus sont « défavorablement connus » des services de police. Placés en garde à vue au commissariat d’Istres, ils devaient être déférés vendredi devant le parquet d’Aix-en-Provence. Pour l’heure, les raisons de l’agression restent obscures. L’enquête devra établir si elle est due à la violence gratuite, au harcèlement quotidien dont sont victimes les forces de l’ordre ou à l’action de malfaiteurs dérangés dans leurs trafics.

Suivant
Imprimer l'article