Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Chevry (Ain) : la seule église qui illumine est celle qui brûle
(Le 6 mai 2012)

Un incendie détruit entièrement l’église de Chevry et ses vestiges carolingiens

Dauphiné, 06/05/2012 à 10:33

« Pour les gens du village, c’est important. On y a tous vécu quelque-chose. Moi, j’y ai enterré mes parents ». Comme beaucoup d’habitants de la petite commune de Chevry (Ain), Jacques Martin a regardé avec tristesse hier matin l’incendie de l’église communale du XVIIe siècle, fondée sur des restes carolingiens.

Le feu s’est déclenché vers 7h50.  L’intervention rapide des pompiers du Pays de Gex renforcés par leurs collègues de Genève a permis d’éviter que le sinistre touche les maisons attenantes. Mais elle n’a pas suffi pour sauver l’édifice, où le feu s’est propagé de la charpente en bois au clocher. L’église a donc été entièrement détruite alors que l’intérieur venait juste d’être refait.

Hier après-midi, les pompiers avaient fait place aux techniciens d’identification criminelle de la gendarmerie de Bourg-en-Bresse. Une procédure classique pour les incendies alors que l’origine du feu n’était pas encore connue.

La compagnie de gendarmerie de Gex indiquait hier que toutes les pistes étaient ouvertes, même s’il n’y avait pas d’élément particulier permettant de pencher pour une cause criminelle.


L’église de Chevry ravagée par les flammes

Tribune de Genève, 07.05.2012, 09h39

Le mobilier, les statues, le clocher ont été entièrement détruits

« Toute la charpente a brûlé, le clocher est tombé. Il ne reste que la cloche à demi calcinée. Ce qui se trouvait dans la nef principale est perdu ». Le maire de Chevry, en France voisine, Jean-François Ravot dresse un bien triste inventaire au lendemain de l’incendie qui a ravagé l’église de sa commune.

Le feu s’est déclaré dimanche matin. Les secours arrivent sur les lieux à 8 h. Des pompiers du Pays de Gex, du reste de l’Ain mais aussi de Genève bataillent pour éteindre les flammes durant 1 h 30 environ. « C’était dur d’assister impuissant à ce triste spectacle », souligne le père Bruno Diangadio. Appartenant à la Municipalité, l’église est l’une des quatre du groupement paroissiale de Saint-Genis-Pouilly. « Peut-être la plus jolie », aux dires du curé. « Il y avait des ornements, des calices, des objets de grande valeur dont certains reconnus comme patrimoine classé de l’Etat. »

Situé au cœur du village, l’édifice a été érigé il y a plusieurs siècles. « Des documents évoquent le XVe siècle mais, elle a certainement été construite avant », signale l’élu. « Elle était en très bon état. Les peintures avaient été refaites, le dallage restauré il y a deux ans. Et un porche ajouté en 2006. »

Sans compter l’émotion suscitée par le sinistre. « Beaucoup d’habitants de la commune se sont mariés dans cette église, précise le maire. Certains pleuraient en la voyant brûler. » Et de préciser que tout sera entrepris pour reconstruire le bâtiment à l’identique ou presque.

Une enquête a par ailleurs été ouverte afin de déterminer les causes de l’incendie. La police scientifique aurait évoqué un court-circuit électrique.

Suivant
Imprimer l'article