Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Quelques brèves du désordre italiennes (2004)
(Le 11 décembre 2004)

Quelques brèves du désordre italiennes

2004

11 décembre, Rome : un colis, qui selon la presse serait identique à celui de la veille, arrive à l’Associazione nazionale Carabinieri (association nationale des carabiniers). Soupçonneux, ils ne l’ont pas ouvert et prévenu les artificiers.

10 décembre, Rome : le secrétariat du Sindacato Autonomo di Polizia Penitenziaria (Sappe, syndicat de 45 % des matons), situé via Trionfale 79/a, reçoit un colis piégé (cassette vidéo sans bande, pile de 9 volts et 40 grammes de poudre) et, méfiant, appelle les artificiers.

1er décembre, Rovereto : les vitres de l’agence d’interim Adecco, via Baratieri sont fracassées à la masse. Par ailleurs, un tube rempli de poudre pirique lancé dans la cour de la mairie a été retrouvé non explosé.


8 novembre, Milan : explosion contre l’agence de travail temporaire Adecco et deux contre la prison San Vittore (l’un, situé dans une poubelle a explosé dans le camion de ramassage des ordures). La première est revendiquée -ainsi que celle contre le Manpower d’octobre- par la Fai/Cellule Metropolitane selon les journaux et les deux dernières par la Fai/Solidarietà Internazionale.
30 octobre, Milan : deux explosions (à base de poudre noire) contre l’agence intérimaire Manpower située via Pellegrino Rossi, une contre sa vitre et l’autre devant la porte d’entrée.

28 octobre, Catania : deux cocktails molotovs sont lancés contre le portail d’entrée de la caserne de carabiniers piazza Dante, au centre-ville.

13 octobre, Parme : incendie d’un camion frigoriférique et tentative d’incendie d’un camion de l’entreprise Pronto carni, revendiqués pour la libération de Sergio, Alessio et William, et en solidarité avec les activistes de Silvestre en résidence surveillée et en fugue.


25 septembre, Città di Castetto : incendie d’une cabine d’un relais de téléphone portable Tim.
24 août, Pise : libération de 210 lapins de l’élevage Pampaloni Rolando à Foglia, revendiqué par l’ALF en solidarité avec les activistes de Silvestre.

17 août, Lecce : un cocktail molotov est lancé contre le domicile de Don Cesare Lodeserto. Un tract laissé sur place précisait : “Guerre à don Cesare, gestionnaire de la prison pour immigrés Regina Pacis”.


31 juillet, Avane (Pise) : incendie d’un relais de téléphones portables. Un communiqué précise notamment : “ que la lutte contre les installations nuisibles, des relais aux incinérateurs, des usines de mort aux multinationales assassines, s’étende et se radicalise, des blocus aux attaques directes. Que mille feus s’allument dans la révolte contre un système toujours plus oppressif et toujours plus mortel ”.

26 juillet, Rovereto : un passage à niveau est bloqué puis incendié. Un A cerclé a été tagué par terre. La veille, à quelques kilomètres de cette ville (à Calliano), c’est un autre passage à niveau qui avait été bloqué, cette fois avec des chaînes de moto.

26 juillet, Pise : incendie du portail de la villa d’un élu d’AN. Revendiqué par les Cor.

24 juillet, Milan : explosion contre une agence de la Banca Intesa, viale Jenner. Un billet retrouvé sur place réclamait la libération des six compagnons de Rovereto incarcérés.

21 juillet, Vérone : le monument à la mémoire des carabiniers est recouvert de vernis rouge, tandis qu’une banderole précise “Carlo est vivant dans la lutte”. La pierre ayant bien absorbé le liquide, les journaux locaux digressent sur le coût du nettoyage.

18 juillet, Piacenza : les centrales électriques de deux relais de téléphone portable sont incendiées. On retrouve des inscriptions sur place : “ Guerre aux nuisances ”, “ Marco Libero ” et “ Carlo vive ”.

15 juillet, Milan : une petite bombe (camping gaz et mèche imprégnée de liquide inflammable) explose contre l’agence de la Banca Intesa située piazza 24 Maggio, endommageant sa vitrine. Un billet signé Contre les exploiteurs et re-trouvé sur place précisait : “Solidarité avec les immigrés des centres de rétention” et faisait référence au compagnon incarcéré de Lecce.


26 juin, Milan : une petite bombe (deux butagaz attachés à une bouteille d’essence plus une mèche) inexplosée est retrouvée devant l’agence de la Banca Intesa de via Murat. Un billet signé Les exploités et retrouvé sur place précisait : “La Banca Intesa est complice de la gestion des centres de rétention. Feu à tous les lagers, feu à toutes les prisons, feu à tous les Etats. Solidarité avec les arrêtés en Sardaigne. Liberté pour tous”.

17 juin, Porto Recanati (MC) : un Benetton et une agence immobilière Tecnocasa sont sabotées en solidarité avec Sergio et Alessio.

15 juin, Milan : un relais de téléphone portable de Vodafone Omnitel est incendié via Candiani. Après être monté sur le toit d’une carrosserie, les inconnus auraient jeté de l’essence sur la base du relais. Un tag laissé sur les murs du négoce précisait : “libero e silvestre”.

12 juin, Cagliari : la voiture d’un candidat aux élections régionales sur la liste de Forza Italia est incendiée.

12 juin, Abruzzo : un camion électoral d’AN est incendié.

11 juin, Naples : Nouveau raid contre des sièges d’Alleanza nazionale. Après la destruction du matériel électoral d’AN et du ministre [des communications, AN] Gasparri dans le quartier de Pianura à Naples, le chef du groupe AN au conseil municipal, Pietro Diodato a déclaré que "le siège d’AN du n°7 de la rue Montagna Spaccata dans le quartier de Sovvaco a été complètement dévasté et saccagé, les locaux ont été gravement endommagés et toute sorte de matériel volé". Les locaux étaient utilisés comme base électorale pour le parti, pour le ministre Gasparri et le candidat au conseil régional, Bavarella.

10 juin, Sant’Anastasia (province de Naples) - "Le siège de campagne d’AN endommagé à Sant’Anastasia, dans la province de Naples. La nuit dernière, des inconnus ont dévasté le siège du comité d’Alleanza Nazionale. Les vitres ont été brisées, des tables renversées et du matériel électoral détruit. Les responsables du comité électoral, qui ont porté plainte ont trouvé leur local sens dessous dessus lors de l’ouverture au matin". (Agr)

10 juin, sardaigne : "Un incendie a brûlé hier dans la nuit vers trois heures la Citroen Xantia de Sisinnio Piras, candidat aux élections régionales des 12 et 13 juin sur les listes Forza Italia dans la circonscription de Medio Campidano."

9 juin, Bologne : " Une bombe artisanale a blessé six personnes mardi soir lors d’un meeting électoral à Bologne dont le chef de l’Alliance nationale (AN), Gianfranco Fini, était le principal orateur, rapporte l’agence Ansa. A gauche de la tribune, il y a eu une explosion sous un camping car et il y a eu quelques blessés légers, a dit un porte-parole de Fini. Ansa précise que la forte explosion a été provoquée par une "bombe en papier", un engin ressemblant à un gros pétard. Deux des blessés ont été hospitalisés et les quatre autres ont été soignés sur place. AN est le deuxième parti par ordre d’importance dans la coalition gouvernementale de centre-droit. Une petite bombe avait déjà endommagé l’un de ses bureaux dans la nuit de dimanche à lundi en Sardaigne, alors que le parti fait campagne pour les élections européennes." (Reuters)

8 juin, Forli et Brescia : A Forli, dans la nuit de dimanche à lundi, des inconnus ont tenté d’incendier le portail de bois de la résidence de Francesco Minutillo, conseiller cantonal d’AN et candidat au conseil municipal. Dans l’incendie, sa voiture a également été endommagée. A Brescia, vers 1h30 de la nuit de dimanche, une main inconnue a caillassée les vitres du comité électoral d’AN à Darfo Boario Terme. Les habitants ont entendu quelqu’un qui a crié « Fascisti bastardi ».

7 juin, Nuoro : "Attentat à la dynamite, la nuit dernière à Nuoro, contre le siège de campagne du chef de groupe au conseil régional d’AN,Bruno Murgia,quelqiues heures après une manifestation contre le ministre des politiques agricoles, Gianni Alemanno. La revendication de l’attentat de Nuoro, par les Nuclei proletari per il comunismo, après d’autres attaques contre des sièges de campagne et de partis qui étaient restés sans signature, a été authentifié par le ministre de l’Intérieur qui a affirmé que ce qui s’est passé à Nuoro, mais aussi à Livourne, c’est-à-dire du vandalisme contre les sièges d’AN et de Forza Italia représente un nouveau type de terrorisme." (Il Secolo XIX)

6 juin, Salerne : Ravage du siège de campagne du ministre des Communications, Maurizio Gasparri (AN).

6 juin, Livourne : "C’est vers une heure du matin que c’est passé l’assaut contre le comité électoral de Matteoli. Une centaine de personnes, masquées et armées de projectiles contondants ont profité du climat de fête à l’occasion de la montée de Livourne en première division et se sont dirigées vers le siège de campagne, malgré la présence d’une patrouille de carabiniers. Une partie du groupe a entouré la voiture, brisant ses vitres et blessant avec du verre un des militaires. Au même moment, d’autres ont ravagé le siège de campagne du ministre Matteoli. Pour défoncer quatre des six vitres, quelques "containers" pour la récolte du verre ont été utilisés." (Repubblica online)


31 mai, Samolaco (Sondrio) : "Un nouvel attentat a eu lieu contre un pylone de l’Enel dans le Valchiavenna. Ce matin, vers les 10 heures, les habitants de Samolaco ont entendu une forte explosion en provenance de la montagne. L’alerte a été donnée et les carabiniers de la compagnie de Chiavenna qui sont arrivés sur place ont précisé qu’un pylone de la localité de Paiedo, à 1200 mètres de hauteur, a été l’objet d’une explosion. Pour le moment, il n’est pas encore clair si l’attentat a été effectué avec une charge de dynamite comme les précédents. Le pylmone, à la différence de ce qui s’est passé avec les attentats de Gordona et de San Pietro Samolaco, le 30 mars puis la veille de Pâques, n’a pas été abattu. Mais le feu a touché la végétation environnante, provoquant l’intervention des pompiers de Mese." (SDA-ATS)

27 mai, Latina : deux cocktails molotovs sont jetés contre un magasin Blockbuster. Sur place, on retrouve l’inscription “ Sergio Libero ”.

27 mai, Cagliari : un cocktail molotov est lancé contre le portail du domicile d’un candidat de Forza Italia.

20 mai, Rome : deux sacs contenant des butagaz reliés à un dispositif incendiaire sont désamorcés devant un McDonald’s. Sur place, on retrouve une banderole contre la guerre impérialiste en Irak.

14 mai, Travedona Monate (VA) : incendie d’un relais de téléphones portables revendiqué en solidarité avec Camenisch.

7 mai, Sergnano (Cremona) : une centrale électrique d’une antenne de téléphone portable Snam est incendiée. Sur place, un tag précise : “ Libertà per Marco Camenisch ”.


20 avril, Pise : la voiture d’un conseiller municipal d’AN est incendiée. Action revendiquée par les Cor .

18 avril, Tre Ponti-Babucce (Pesaro) - Incendie le matin d’un relais de téléphone portable de la compagnie Tim. Il s’agit du cinquième incendie volontaire en peu de temps contre cette société dans la région. Le dernier en date s’est passé 13 jours avant.

14 avril, Samolaco (CO) : un pylône à haute tension tombe, victime d’une explosion.

14 avril, Trieste : la porte d’un appartement de la Ligue du Nord brûle, endommageant aussi meubles et faux plafonds.

11 avril, Samolaco (Sondrio) - Un pylone de l’Enel (EDF italienne) saute dans la nuit, non loin du canton des Grisons (d’où est originaire Camenisch).

6 avril, Babucce (Pesaro) : incendie d’un relais de téléphones portables Tim. Les dégâts sont estimés à 200 000 euros. Le feu a été appliqué après avoir ouvert la cabine de commandes électriques.

5 avril, Pise : incendie de la BMW de Meucci, coordinateur d’AN. Action revendiquée par les Cor.

2 avril, Casalmorano (Cremona) : 10 engins incendiaires enflamment Syngenta, une multinationale des OGM et des pesticides. Ils ont touché un dépôt de matériel agricole, deux petites centrales électriques et les semences. Sur place ont été laissés des tags anti-OGM et pesticides.


31 mars, Avane (Pise) : incendie d’un relais de téléphones portables Wind.

30 mars, Gordona (Sondrio) - Un pylone de l’Enel (EDF italienne) haut de trente mètres est abattu à l’explosif.

23 mars, Corridonia (MC) : le même élu local reçoit un autre molotov, cette fois contre sa voiture.

17 mars, Maglie (LE) - Incendie d’un distributeur de billet de la Banca Intesa, institut de crédit qui gère le compte du centre de rétention Regina Pacis à San Foca.

14 mars, Corridonia (MC) : la maison de l’élu local chargé de l’urbanisme, impliqué dans l’ouverture prochaine d’un centre de rétention, reçoit un cocktail molotov.

10 mars, Rome : un engin incendiaire est retrouvé devant le siège du syndicat Cisl.

7 mars, Coldeice (Pesaro) : incendie d’un relais de téléphones portables Tim.


17 février, Cagliari : un engin artisanal explose devant le siège de la Cofindustria (Medef).

16 février, Cesane (Pesaro) : incendie d’un relais de téléphones portables Tim.

10 février, Pise : incendie d’une voiture de la police de la route devant un bureau.

2 février, Montecornale (Pesaro) : incendie d’un relais de téléphones portables Tim.


31 janvier, Pontedera (Pise) : deux cocktails molotovs sont lancés contre le siège d’Azione Giovani.

30 janvier, Pise. Second incendie volontaire en deux ans contre l’agence d’interim Men At Work. Action revendiquée par les Cor (cellules d’offensive révolutionnaires).

29 janvier, Pontedera (PI). Molotovs contre le siège d’Azione Giovani.

26 janvier, Forli. Cinq bonbonnes de gas provoquent une déflagration vers 1h du matin qui endommage l’usine Kws, une des plus grande firme au monde spécialisée dans la sélection des plantes, un des principaux laboratoires microbiologiques pour les études microcellulaires, spécialisé dans le traitement des semences, du maïs, des bettes. A Forli se trouve le siège administratif et le Centre de production de Kws Italia Spa. Sur place est laissé un tag : “ Basta ! Les OGM n’entreront pas en Europe ! ”.

26 janvier, Milan : la librairie “ La bottega del fantastico ”, liée à l’extrême droite, est victime de deux énormes pétards.

25 janvier, Milan : tentative d’incendie contre une agence de voyage liée à Forza Nuova.

24 janvier, Alessandria. Incendie du siège provincial d’Alleanza Nazionale : porte à moitié détruite, murs noircis.

19 janvier, Viterbo : un engin explose devant le tribunal, causant de nombreux dégâts. Revendiqué par un tract laissé sur place, qui finit ainsi : “ nous saluons le poing fermé les prisonniEres séquestréEs dans les prisons. Les attaques contre le pouvoir sont possibles et seront nécessaires jusqu’à la fin de l’exploitation, jusqu’à l’anarchie ”.

7 janvier, Taranto : un faux colis piégé est découvert au tri postal. Il était destiné à Antonio Gugliotta, commandant de la police pénitentiaire, impliqué dans les tabassages de la caserne de Bolzaneto au cours du G8 de Gênes.

Suivant
Imprimer l'article