Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Fondettes (Tours) : l’argent de la BNP a comme une odeur de brûlé
(Le 8 mai 2012)

L’agence BNP de Fondettes détruite dans un incendie

La Nouvelle République, 02/05/2012 05:38

Dans la nuit de lundi à mardi, l’agence bancaire a été entièrement détruite par les flammes. L’origine du sinistre n’est pas connue.

Vers 1 h 45, mardi matin, j’ai entendu le bruit d’une sirène, comme celle des alarmes de voitures. J’ai ensuite entendu les pompiers et, là, je suis venue voir... Et ce témoin ne s’est pas levé pour rien, dans la nuit de lundi à mardi, à Fondettes, puisque l’agence BNP Paribas de la rue du Chanoine-Noël-Carlotti était en train de disparaître sous les flammes. Une quinzaine d’habitants ont assisté à l’intervention des secours dans cette rue située en plein centre-bourg. Les pompiers se sont fortement mobilisés, venant de Luynes-Fondettes et, bientôt, de Nord- Agglo. Au total, trente-huit pompiers ont lutté plusieurs heures pour éviter que le sinistre ne se propage à des maisons proches ou à la boutique voisine de prothèses auditives.

L’alarme s’est déclenchée

Le bâtiment de l’agence bancaire, ancien, ne comptait heureusement pas d’appartement au-dessus des locaux commerciaux. Une famille voisine a toutefois dû être évacuée et relogée par précaution.

Les raisons du sinistre ne sont pas établies par les pompiers. Mais, outre le témoignage mentionnant la sirène d’alarme, une autre personne aurait entendu des chocs et vu un individu tenter de casser les caméras de surveillance de la banque.

L’hypothèse d’une effraction est possible. Depuis six mois, le bourg de Fondettes n’est plus éclairé. Cela a pu favoriser le projet du - ou des - malfaiteur. L’enquête de gendarmerie n’écarte aucune possibilité pour le moment, faute d’éléments suffisants pour établir une intention criminelle. La sirène entendue par les témoins peut ainsi avoir été déclenchée automatiquement, après le départ de feu.

L’agence bancaire de la BNP est entièrement détruite. Un arrêté de péril, pris par le maire, a autorisé la destruction du pignon représentant un danger pour les passants.


BNP : les fichiers gardés sur informatique

La Nouvelle République, 03/05/2012 05:35

Après l’incendie qui a ravagé l’agence de la BNP, rue du Chanoine-Noël-Carlotti, dans la nuit de lundi à mardi, l’enquête de gendarmerie continue.

Les premières auditions ont commencé hier. Elles permettront de savoir si une personne a bien tenté de casser les caméras de surveillance ou si des bruits de choc ont été entendus par plus d’une personne. Des techniciens en investigations criminelles ont fait des prélèvements sur place en vue de les analyser pour déterminer les causes du sinistre.

De l’intérieur de la banque à deux niveaux plus le grenier, il ne reste rien  : tout a brûlé. La BNP a mis en place des affiches pour inciter les 1.500 clients à se rendre aux agences de Saint-Cyr-sur-Loire, Tours-Nord ou Tours-Centre...
Grâce à l’électronique, tous les fichiers des clients sont conservés, sauvegardés sur informatique. « Pour les clients qui attendaient un chéquier ou une carte, des commandes en urgence seront passées », précise le directeur du groupe d’agences d’Indre-et-Loire, François Guillon.

Très vite, la banque cherchera une solution provisoire pour être présente de nouveau à Fondettes. Soit elle installera un « mobil-bank », soit elle reprendra un local avec un bail précaire en attendant de savoir si elle occupera de nouveau ou non les locaux brûlés qu’elle louait...

Suivant
Imprimer l'article