Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Toulouse : Joue avec les vélos, c’est Decaux qui régale !
(Le 11 mai 2012)

VélôToulouse : une vague de vols et dégradations

La Dépêche, 11/05/2012 07:45

Sur 970 VélôToulouse volés en 2011 , 63 ont été retrouvés au fond du canal et une trentaine dans le lac de Sesquières ! Il y a quelques jours, des vandales ont arraché une vingtaine de bornes.

Même s’il a tendance à diminuer le vandalisme reste un fléau pour le réseau VélôToulouse. D’après les chiffres que nous a communiqués Decaux, 970 vélos ont été volés en 2011. 576 ont été récupérés et ont nécessité des réparations plus ou moins importantes. Mais 375 n’ont jamais été retrouvés. Le maire adjoint Bernard Marquié (lire ci-contre) évoque l’existence d’un trafic de récupération de ferrailles. Une trentaine de vélos de location ont été repêchés dans le lac de Sesquières, et 63 au fond du canal du Midi. Le vol n’est pas le seul fléau. Les dalles tactiles sont aussi régulièrement visées à coups de pied et de projectiles. L’an dernier 96 d’entre elles ont été cassées. Il y a eu également 220 bornes arrachées.

Le début de l’année 2012 était plutôt calme, selon le concessionnaire, Decaux, mais dans la seule nuit du 26 au 27 avril, 19 vélos ont été arrachés de leurs bornes.

Le préjudice causé par les vols et détériorations (pneus crevés, bornes arrachées, cadres et roues tordues, antivols sectionnés...) est important pour la société qui assure l’entretien et la réparation des 253 vélostations et des quelque 2 500 engins du parc toulousain. Mais le directeur régional de Decaux, Patrick Tregou, ne communique pas sur le coût des vols et détériorations. « Le prix d’un vélo ne représente que 15 % de la prestation. Nous préférons ne pas donner de chiffres » justifie le concessionnaire de VélôToulouse. « D’ailleurs, poursuit Patrick Tregou, les dégradations sont en recul par rapport aux premières années, alors que le nombre d’abonnés et d’utilisateurs augmente régulièrement grâce à l’amélioration de notre offre.

Sur les trois derniers mois de 2 011 le nombre de locations a progressé de 35 % par rapport à la même période en 2010 ». Si les dégradations volontaires régressent et s’il y a plus de respect pour le parc des VélôToulouse, c’est, explique Patrice Tregou, « grâce aux nombreuses améliorations destinées à faciliter l’utilisation des vélos. Par exemple, depuis le mois d’octobre, la dématérialisation des abonnements sur internet permet à tous les titulaires d’une carte Pastel Tisséo de s’abonner sur le site de VélôToulouse ». Plus besoin de renvoyer un formulaire et de patienter plusieurs jours, l’utilisation est immédiate pour 20 € par an. La carte Pastel a amené nouveaux 3 000 abonnés à VélôToulouse. Au noyau dur des 13 000 abonnés annuels, s’est ajoutée l’an dernier la vente de 48 000 tickets courte durée.

Suivant
Imprimer l'article