Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Marseille : du matos de la CRS 53 change de main
(Le 20 mai 2012)

La police marseillaise encore cambriolée !

La Provence, dimanche 20 mai 2012 à 17H51

Après le garage du secrétariat général de la police de Sainte-Marthe, dévalisé plusieurs fois en avril, c’est au tour de la compagnie de CRS de Saint-Barthélémy.

Eh oui, à Marseille, même les forces de l’ordre se font cambrioler… Comment est-ce possible ? C’est ce que le Préfet Alain Gardère tentera d’expliquer au nouveau ministre de l’Intérieur Manuel Valls, très attendu demain dans la cité phocéenne, où il doit notamment rencontrer des responsables locaux de la police.

Car cette série noire commence à devenir inquiétante : après le garage du secrétariat général de la police (SGAP) de Sainte-Marthe (14e), dévalisé en avril dernier à deux, voire trois reprises, c’est au tour de la compagnie de CRS de Saint-Barthélémy, toujours dans ce même arrondissement, d’être "visité" par les cambrioleurs.

Ce dernier vol a été découvert la semaine dernière à la CRS 53 dont le "gymnase", un lieu vétuste où sont entreposés des effets non utilisés, a été dévalisé. Les malfaiteurs seraient entrés par une fenêtre d’un bâtiment jouxtant des cités sensibles.

Le préjudice exact est en cours d’évaluation. Auraient été dérobés des gilets pare-balles lourds, des képis, des calots, d’anciennes tenues de mécaniciens. Mais pas d’armes. Le parquet de Marseille a confié l’enquête à la Sûreté départementale. En l’absence d’images vidéo utilisables, les enquêteurs misent sur l’exploitation des traces ADN pour retrouver la trace des cambrioleurs,

La piste de délinquants locaux serait d’ores et déjà retenue, comme dans le cas des vols constatés au garage du SGAP. À la mi-avril, des cambrioleurs s’étaient introduits dans l’enceinte de ce service en découpant le grillage servant de clôture commune à un collège et au garage recevant les véhicules de services en révision ou en réparation. Avec une facilité déconcertante, deux motos appartenant à la BRI et à la direction du renseignement intérieur avaient été volées, ainsi qu’un scooter Peugeot et une voiture banalisée de la PJ de marque Alfa Romeo. Dans le coffre de ce véhicule, six jeux de plaques d’immatriculation : trouvaille ô combien précieuse pour des malfaiteurs…...

Deux nuits plus tard, nouvelle effraction au Sgap. Cette fois, les malfaiteurs avaient fait provision de gilets pare-balles, s’emparant également d’un fourgon, qui a été retrouvé entièrement carbonisé à Saint-Antoine (15e). L’Alfa Roméo a également été récupérée, entière et en bon état de marche, à proximité de la cité de la Savine (15e). À la suite de ces fâcheux incidents, le système d’alarme du SGAP devait être renforcé et des policiers chargés d’assurer physiquement la protection des lieux.

Nos confrères de l’Express.fr indiquent que le scooter volé en avril aurait récemment été contrôlé alors qu’il circulait dans le secteur. L’engin n’ayant pas été signalé volé, son conducteur serait reparti sans souci….

"Ce véhicule a bien été contrôlé dans le secteur avant même qu’il soit déclaré volé, admet la Sûreté urbaine. En revanche, son conducteur a été interpellé pour défaut de permis et d’assurance, avant d’être placé en garde à vue".

Suivant
Imprimer l'article