Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Italie : vague de perquisitions et 10 incarcérations dans l’enquête contre la FAI/FRI
(Le 14 juin 2012)

Italie : vague de perquisitions et 10 incarcérations dans l’enquête contre la FAI/FRI

Aujourd’hui 13 juin 2012 , à 4h du matin, les carabiniers du ROS ont fait irruption dans une quarantaine d’habitations lors d’une opération répressive contre le mouvement anarchiste appelée “Opération Ardire” [Hardiesse, NdT]. Cette opération était dirigée par la procureur de Pérouse, Manuela Comodi : 10 incarcérés (8 en Italie, un en Allemagne et un en Suisse) et 24 mis en examen.

Les 8 compagnons arrêtés et incarcérés en Italie sont : Stefano Gabriele Fosco, Elisa Di Bernardo, Alessandro Settepani, Sergio Maria Stefani, Katia Di Stefano, Giuseppe Lo Turco, Paola Francesca Iozzi, Giulia Marziale.

En ce qui concerne les mis en examen en Allemagne et en Suisse, il s’agit de deux anarchistes déjà séquestrés depuis plusieurs années par l’Etat : Gabriel Pombo Da Silva et Marco Camenish. Parmi les autres compagnons mis en examen, il y a aussi beaucoup de prisonniers déjà incarcérés en Grèce dans le cadre du procès contre les CCF.

Dès que possible, nous publierons les adresses des prisons où les compagnons ont été emmenés, et nous invitons ceux qui auraient plus d’informations à nous les communiquer.

Parmi les domiciles perquisitionnés, officiellement pour trouver des explosifs, des documents sur support informatique et sur papier, se trouve celui d’un éditeur d’informa-azione, dont ils ont notamment saisi les ordinateurs utilisés pour la mise-à-jour du site, et deux compagnons de Culmine, qui ont été incarcérés [il y a aussi ceux de deux compagnons de ParoleArmate, dont l’un est incarcéré et l’autre mis en examen].

Nous attendons plus d’infos pour mieux comprendre dans son ensemble la portée et la stratégie de cette opération répressive. En revanche, nous n’attendons pas pour exprimer notre solidarité et proximité avec tous les compagnons touchés par ces perquisitions, enquêtes et incarcérations.

Traduit de informa-azione, Mer, 13/06/2012 - 09:41


A propos de la quarantaine de perquisitions en Italie, en plus des domiciles des 8 incarcérés, signalons ceux de trois compagnons à Naples et Spigno Saturnia (ils ont saisi ordinateurs, clés usb, téléphones portables, brochures, journaux mensuels, tracts et lettres de correspondance avec les prisonniers), celui d’un compagnon et une compagnonne de la province de Lecce (ils ont saisi lettres et ordinateur), d’une compagnonne à Rome (ils ont saisi du matériel sur informatique et papier).

Mer, 13/06/2012 - 14:50


Pour info seulement...

Le chaos est à la porte (sur l’Opération Ardire)

C’est toujours la même histoire.

Dans le contexte d’une super-opération (opération “Ardire”, quel putain de nom !) contre des anarchistes et des incendiaires de la paix sociale, à 4h du matin le 13 juin, ma maison a été perquisitionné par les ROS de Pérouse et de Bologne suppléés par deux carabiniers locaux (contrairement à la dernière fois où je fus perquisitionné, cette fois ils n’ont rien trouvé). Ils étaient à la recherche du même matériel qu’ils voulaient trouver la dernière fois : ordinateurs, explosifs, etc.

Malgré tout il y avait une belle surprise cette fois : le gars en uniforme, envoyé par la maintenant fameuse M. Comodi, m’a dit que j’étais sous le coup d’une enquête dans le cadre de la loi 270bis.

Je veux clarifier ceci, bien qu’on m’ait assigné un commis d’office, je refuserais toute défense légale car je ne reconnais aucune autorité, qu’elle soit judiciaire ou non.

C’est une perquisition de style classique, qui a aussi conduit à l’emprisonnement de dizaines d’anarchistes et la perquisition de plus de 20 personnes, dont certains sont des compagnons des CCF. Malgré tout, il est toujours trop tôt d’avoir une vision claire de la situation.

Que dire ? Il est inutile de dire ceci, en dépit des nombreuses années de taule qu’ils peuvent nous donner, le feu que nous portons en nous ne peut être éteint. Il se répand fièrement et rencontre les flammes de l’affinité partout, et qui, dans un monde comme celui-ci, n’accepte qu’une position : celle de l’attaque. Ces extraordinaires compagnons, ceux dont la haine brûlent comme une centaine de soleil dans le ciel, sont les amis et frères avec qui nous partageons colère et douleur, pleurs et sourires, doutes et passions, lourds comme des rochers et sifflants comme du plomb. Ceux-là sont les compagnons qui menacent avec leurs propres vies la société, ses lois et ses défenseurs ; ceux-là sont les indomptables rebelles qui éclairent la nuit et peignent la ville avec les couleurs de la destruction et de la révolte.

Même derrières des barreaux de prison ou depuis les cours, leurs regards, mots et pensées sont des armes dangereuses qui deviennent des lames tranchantes pour l’évasion, en dépit des tentatives des juges et des procureurs d’étouffer leur force individuelle. Mais les juges et les procureurs, ces déchets humain, ne peuvent stopper la furie iconoclaste qui se propage tel un virus.

Nous sommes l’infection...et il n’y a pas de remède, que ce soit pour les “maîtres” comme pour les “serviteurs”.

Le chaos est à la porte...

Une gigantesque, incandescente, accolade complice enflammée à vous, compagnons. SOLIDARITÉ TOTALE AVEC LES REBELLES ARRÊTÉS ET PERQUISITIONNÉS
POUR LA DESTRUCTION DE LA SOCIÉTÉ
PUISSE LE RUGISSEMENT DE LA POUDRE DÉCHIRER LE SILENCE DE LA PAIX SOCIALE
VIVE L’ANARCHIE

Tomo, 13 juin, depuis mon néant.

Traduit de l’italien par contra-info, June 13th, 2012


Coup de filet dans la mouvance anarchiste

24H (Suisse), 13.06.2012, 14h35

La police italienne a arrêté mercredi huit membres présumés d’une organisation anarchiste accusés d’être impliqués dans l’envoi de lettres piégées. Le Grison Marco Camenisch est aussi soupçonné.

L’enquête vise la Fédération anarchiste informelle-Front révolutionnaire international (FAI/FRI), qui dénonce la politique d’austérité menée par le gouvernement de Mario Monti. Parmi les personnes interpellées figurent plusieurs « représentants majeurs » de cette organisation anarcho-insurrectionnelle, selon les enquêteurs.

Les dix suspects sont accusés notamment d’association dans le but de terrorisme et de subversion. Ils sont aussi soupçonnés d’avoir organisé plusieurs attaques, dont l’attentat contre l’université Bocconi de Milan en 2009 et l’envoi de lettres piégées à des agences d’Equitalia (les services de perception de l’impôt), et au patron suisse de la Deutsche Bank, Josef Ackermann. Cet envoi de lettres piégées a été revendiqué par la cellule Olga de la FAI/FRI.

« Eco-terroriste » grison

Marco Camenisch et un Espagnol incarcéré en Allemagne sont considérés par les enquêteurs comme des figures de pointe de ce réseau. Ils sont soupçonnés d’avoir projeté des attentats, après avoir été trouvés en possession de documents définissant de nouvelles cibles et contenant des messages de revendication.

Le Grison, âgé de 60 ans, purge actuellement une peine de huit ans de prison pour le meurtre d’un garde-frontière à Brusio, entre les Grisons et l’Italie en décembre 1989. En Italie, il avait été condamné à douze ans de réclusion pour de nombreux attentats à l’explosif contre des pylônes électriques.

Au total, l’enquête vise 24 personnes, dont six membres grecs de la Conspiration des cellules de feu déjà incarcérés dans leur pays. La police de Pérouse a aussi fait état de plus de 40 perquisitions à travers l’Italie.

Souvenir des « années de plomb »

La FAI/FRI a aussi revendiqué l’attaque contre Roberto Adinolfi. Ce dirigeant d’Ansaldo Nucleare, entreprise liée au conglomérat de défense Finmeccanica, a été blessé par balle à une jambe le 7 mai à Gênes.

Peu avant Noël 2010, la FAI avait déjà revendiqué l’envoi de colis piégés aux ambassades du Chili et de Suisse à Rome. Il y a avait eu deux blessés. Elle a aussi affirmé être responsable de l’explosion d’un colis piégé qui a fait deux blessés en mars 2011 dans les bureaux du groupe Swissnuclear à Olten.

Ces attaques ont ravivé en Italie la crainte d’un retour aux « années de plomb » des décennies 1970-1980.

Suivant
Imprimer l'article