Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

A Grigny (Essonne) comme au marché de Brive-la-Gaillarde ?
(Le 25 août 2012)

Grigny : trois policiers blessés lors d’échauffourées

AFP, 25-08-2012 à 13h08

Les forces de l’ordre ont été prises à partie après être intervenues dans le quartier de la Grande Borne pour une rixe opposant une vingtaine de personnes.

Trois policiers ont été blessés lors d’échauffourées au sein du quartier de la Grande Borne à Grigny (Essonne) dans la nuit de vendredi à samedi 25 août, sans que leurs jours ne soient en danger, a-t-on appris de source policière. Deux policiers ont été blessés par des plombs tirés au fusil de chasse et un troisième par un tir de mortier de feu d’artifice, selon une source policière.

Les deux policiers de la brigade anticriminalité (Bac) touchés par les tirs de fusil de chasse ont été blessés chacun à une main et au niveau du visage, a indiqué une autre source policière.

Les forces de l’ordre ont été prises à partie après être intervenues vers 22h30 dans le quartier pour une rixe opposant une vingtaine de personnes, a précisé cette source. Une fois la situation calmée, les policiers ont regagné leur véhicule et ont alors été pris pour cible par une quinzaine de personnes, a-t-elle expliqué.

Ils ont essuyé des tirs de mortier de feu d’artifice, de fusil de chasse et des jets de six cocktail molotov. Venus en renfort, une quinzaine de CRS ont été touchés sans être blessés et ont fait usage de gaz lacrymogène. Une cartouche de calibre 12 a été retrouvée sur les lieux.

Les échauffourées ont pris fin vers 1 heure. Il n’y a pas eu d’interpellation. Une enquête a été confiée à la sûreté départementale de l’Essonne.

Suivant
Imprimer l'article