Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : allô vélo bobo [mis à jour]
(Le 10 septembre 2012)

A Paris, la police traque un mystérieux collectif qui s’attaque aux Vélib’

Libération, 10 septembre 2012 à 16:00

La police de l’agglomération parisienne va renforcer la présence policière autour des stations Vélib’ après la dégradation de cinquante vélos ces derniers jours, qui a été revendiquée par un mystérieux collectif, a-t-on appris lundi auprès de la préfecture de police de Paris.

Cinquante Vélib’ ont été dégradés dans les nuits du 3 au 7 septembre dans trois stations parisiennes des VIIe et XVe arrondissements, selon une source policière. Un représentant du groupe JC Decaux, qui gère le réseau Vélib’, a déposé plainte le 7 septembre au commissariat du VIIe arrondissement et a précisé aux policiers que le centre d’appel Allo-Vélib’ avait reçu la veille un appel revendiquant ces actions.

Ce représentant a remis aux enquêteurs l’enregistrement téléphonique dans lequel un homme explique représenter un "collectif des habitants du XVIIIe arrondissement de Paris et des quartiers populaires de Paris", selon cette source.

"Cet homme précise également que ce collectif allait mener des actions à l’encontre du groupe JC Decaux et plus précisément en dégradant tous les Vélib’ se trouvant dans les quartiers non populaires de la capitale", a indiqué la source.

Le représentant du groupe JC Decaux a également précisé aux policiers qu’un grand nombre de Vélib’ avait été dégradés "selon le même mode opératoire consistant à taillader le pneu arrière", selon cette source.

Le directeur de la police de l’agglomération parisienne, Christian Sonrier, a demandé à "l’ensemble des commissariats de l’agglomération parisienne d’effectuer de nombreuses patrouilles par des policiers en tenue et des policiers en civil sur toutes les stations Vélib’, aussi bien le jour que la nuit", a indiqué l’un des porte-parole de la préfecture de police de Paris, Franck Carabin.

"Un grand nombre d’enquêteurs ont été chargés de cette affaire, afin d’identifier les auteurs de ces dégradations et de voir qui se cache derrière ce collectif", a ajouté M. Carabin.

L’enquête a été confiée au service d’investigation transversale (SIT).

La mairie de Paris a déploré "du vandalisme pur et simple exercé contre un service public qui s’adresse à tous les Parisiens et dessert une trentaine de villes de banlieue".

"Prétendre viser des vélos hors des quartiers populaires n’a pas de sens puisque les vélos vont de station en station au gré des déplacements des usagers", a souligné un porte-parole de la mairie.


La lourde facture du vandalisme

Le Parisien, le 11.09.2012, 05h04

Depuis son lancement, en 2007, le réseau de 23500 vélos en libre-service Vélib’, géré par JCDecaux, connaît un succès croissant avec 225000 abonnés à l’année et 130000 locations par jour. Revers du succès, cependant, la flotte ne cesse de subir vols et dégradations au point qu’elle a dû être entièrement remplacée. Et la facture est lourde : 15 M€ au total, déboursés uniquement pour faire face au vandalisme.

Pourtant, depuis 2009, les indicateurs étaient revenus au vert avec une baisse des dégradations évaluée par l’exploitant à - 49%... Jusqu’au début du mois de juillet dernier où un nouveau pic de vandalisme a été observé, notamment dans le nord-est de Paris et les communes limitrophes. Durant quinze jours, le réseau a subi un véritable déchaînement de violences : vélos arrachés, jetés, attaches saccagées.

A tel point que cinquante stations au total ont dû être fermées, privant, le temps qu’elles soient remises en état, les utilisateurs de ce moyen de transport. Au milieu de l’été, une bande est même parvenue à percer le cœur du système de sécurité de Vélib’ et à utiliser les vélos sans s’acquitter du montant de la location, au prix de multiples dégradations perpétrées sur les bornes.

Dans le cadre de cette affaire, sept jeunes Parisiens ont été arrêtés en flagrant délit au mois de juillet dernier, dans les XIe et XVIIIe arrondissements. Après une brève accalmie, de nouvelles « attaques » semblent à nouveau viser le réseau du groupe JCDecaux depuis quelques jours.

Suivant
Imprimer l'article