Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Turin : deux compagnons incarcérés pour la jambisation de l’ordure d’Ansaldo Nucleare
(Le 14 septembre 2012)

Attaque contre Adinolfi : deux incarcérations, plusieurs perquisitions

Une opération répressive organisée par le parquet de Gênes suite à la jambisation de l’administrateur-adjoint d’Ansaldo Nucleare, Roberto Adinolfi, a déchaîné les ROS et la Digos dans plusieurs domiciles et incarcéré deux compagnons anarchistes turinois, Alfredo et Nicola ; Anna serait mise en examen, mais pas incarcérée. Les médias parlent de perquisitions en cours dans la région de Cuneo, Pistoia et Bordighera.

Selon certains JT, parmi les éléments des enquêteurs, il y aurait un film d’une caméra de vidéosurveillance qui prendrait les deux incarcérés pendant qu’ils se rendent, à plusieurs reprises, à la gare de Gênes. Pour parvenir à obtenir des photogrammes à partir d’une caméra de vidéosurveillance d’un bar, les flics auraient utilisé un logiciel de contrôle biométrique à reconnaissance faciale sur des centaines d’heures d’enregistrements de caméras publiques et privées.

A partir d’informa-azione, Ven, 14/09/2012 - 09:37

Pour leur écrire :

Nicola Gai Alfredo Cospito

C.C. via Pianezza 300 - 10151 Torino


Italie : arrestation des auteurs présumés d’un attentat contre un industriel

AFP / 14 septembre 2012 13h21

ROME - Deux hommes, soupçonnés d’avoir commis un attentat en mai dernier contre le Pdg d’Ansaldo Nucleare, une filiale du géant public italien Finmeccanica, le blessant aux jambes, ont été arrêtés vendredi, a indiqué le justice italienne.

Les deux hommes, Alfredo Cospito et Nicola Gay, font partie des circuits anarchistes et insurrectionnels de la Fédération anarchiste informelle, la FAI, qui avait revendiqué cet attentat, indique un communiqué du parquet de Gênes, la ville portuaire du nord-ouest de l’Italie où s’est produit l’attentat.

Ils sont accusés d’attentat avec finalité de terrorisme, blessures graves et vol, selon la même source.

Le 7 mai à Gênes, Roberto Adinolfi, patron d’Ansaldo Nucleare, une filiale de Finmeccanica qui produit des réacteurs nucléaires, sortait de son domicile quand un agresseur avait tiré un coup de feu qui l’avait atteint au mollet. L’individu avait ensuite pris la fuite à bord d’une moto conduite par un complice.

La FAI avait expliqué avoir voulu dénoncé le rôle de l’entreprise dans le secteur nucléaire et venger des anarchistes emprisonnés en Grèce.

Alfredo Cospito et Nicola Gay habitent à Turin et font déjà l’objet d’une enquête pour terrorisme du parquet de Pérouse, dans le centre de l’Italie.

Ils ont été identifiés grâce à des images vidéo d’une caméra placée non loin du lieu où le scooter utilisé pour l’attentat a été retrouvé abandonné.

Le procureur de Gênes, Michele Di Lecce, a précisé devant la presse que les deux hommes ont été arrêtés car les écoutes téléphoniques ont fait comprendre qu’il y avait un danger de fuite.

Selon Nicola Piacente, un autre magistrat du parquet de Gênes, la mouvance anarchiste avait dans son collimateur Roberto Adinolfi déjà depuis 2009.

Le chef du gouvernement Mario Monti et la ministre de l’Intérieur Annamaria Cancellieri se sont immédiatement félicités de ces arrestations.

Suivant
Imprimer l'article