Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sierra Madre de Chiapas (Motozintla, Mexique) : émeute... pour un autre candidat ?
(Le 2 octobre 2012)

Mexique : des protestataires libèrent des détenus

Epa, 2.10.2012, 12:18

Le 1er octobre des manifestants dans la ville de Motozintla (Etat de Chiapas dans le sud du Mexique) protestant contre les résultats des élections municipales ont libéré 80 détenus.

Ils ont également incendié le siège municipal et deux voitures de police. Plus de 30 protestataires ont été interpellés.


Emeutes dans plusieurs villes du Chiapas - 30 septembre 2012

Traduit de l’espagnol depuis plusieurs articles de la presse par lechatnoiremeutier, 02/10/2012

Plusieurs émeutes ont éclaté dans cinq villes du Chiapas au Mexique : les affrontements les plus violents se sont déroulés dans la ville de Motozintla, où deux voitures de police, la mairie et des bâtiments publics [dont l’hôtel des impôts et la Maison de la culture, NdE] ont été incendiés.

La prison locale a également été attaquée, ce qui a permis à plus de 80 détenus de s’enfuir. Cependant, les policiers ont repris entre 30 et 40 fuyards (les sources médiatiques divergent).

Au moins 31 émeutier-e-s ont été arrêté-e-s par la cavalerie d’Etat lundi matin (01/10), qui a investit la ville en masse (500 flics environs).

Des affrontements se sont déroulés dans d’autres villes, comme Chicomuselo, Ocampo, Frontera Comalapa et aussi Mazapa Madero.

A Chicomuselo, ville frontière avec le Guatemala, aucun blessé n’a été à déplorer selon les flics, mais deux voitures de patrouille de police ont été cramées durant la nuit du dimanche 30 septembre 2012.

Ces protestations de la part de militant-e-s d’extrême-gauche interviennent juste après les élections locales. [Selon la presse mexicaine, il s’agit de sympathisants de la coalition PRD-PT-Movimiento Ciudadano, pour protester contre la ratification par le Tribunal Electoral del Poder Judicial de la Federación (TEPJF) du triomphe frauduleux du candidat du PVEM (Partido Verde Ecologista de México), Óscar Galindo. Le 1er octobre, les moutons votaient pour élire 41 députés au Congrès local et 122 maires. NdE]

Suivant
Imprimer l'article

Les restes de la mairie

Idem

Une voiture de la police municipale

Attaque de la prison

Un des restes des journaflics Jesús Peters (El Universal) et Juan de Dios García Davish (Milenio) qui ont tenté de prendre des photos