Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Une raison de plus pour pourrir la SNCF et les contrôleurs
(Le 4 novembre 2012)

La SNCF lance un "challenge anti-fraude" pour motiver ses contrôleurs

L’Echo républicain, 01/11/12 - 18h13

Semaine chargée dans la région Centre pour la SNCF. Après le lancement hier des nouveaux horaires, un concours est lancé aujourd’hui en interne pour inciter les contrôleurs à être plus vigilants.

C’est le site Rue89 qui révèle l’information cet après-midi. Un challenge a été mis en place à destination des contrôleurs de la SNCF. Son objet ? La chasse à la fraude en tout genre : du faux billet à l’absence de titre de transport. A la clé ? Des lots en tout genre pour ceux qui auront atteint les meilleurs chiffres : console de jeu, ordinateur, appel photo numérique, chèques cadeaux...

L’affiche épinglée sur les tableaux de service est très claire :

- 50 gagnants seront récompensés : 40 agents du service commercial trains (ASCT), le terme administratif pour dire contrôleur) et dix groupes de contrôle renforcé (GCR, les équipes dédiées au contrôle à bord).
- Pour les agents, sera pris en compte les « meilleurs taux d’application des barèmes bord/contrôle » (c’est-à-dire les tarifs majorés, réglés à bord auprès du contrôleur) et les meilleures progressions depuis début 2012.
- Pour les GCR, les critères retenus seront le plus grand nombre de cartes, billets, abonnements falsifiés ou utilisés par un tiers.

Un risque de dérives ?

C’est un contrôleur basé à Orléans, Louis (un pseudo), qui a révélé l’information à Rue89. Il explique :

« La plupart des collègues et moi-même sommes outrés par ce procédé d’incitation aux chiffres qui peut entraîner bien des dérives dans notre travail. »

Ce concours est selon lui, un véritable incitation à faire du chiffre.

« Il nous arrive, par exemple, de faire des tarifs guichet dans le train, pour des abonnés qui ont oublié de renouveler leur carte en début de mois... Avec ce système, il y a aura moins de “petites fleurs” à bord, ça va se durcir. »

Surtout il n’hésite pas à exprimer ses craintes :

« On a des soucis de sécurité, d’incivilité, ça ne va pas s’arranger si on nous pousse à faire du contrôle. »

Le service de presse de la SNCF contacté par nos soins tient lui à préciser :

« Ce n’est pas une volonté de faire du chiffre, uniquement une politique de motivation managériale, le contrôle faisant partie intégrante du métier, la fraude coûtant très cher à la collectivité. »

Suivant
Imprimer l'article