Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bruxelles - 11 novembre, mes amis
(Le 2 décembre 2012)

"Nous avons gentiment enduit de peinture rose quelques monuments qui ont le culôt de se dire élevés à notre mémoire, nous qui serions morts pour la patrie... pour qui ?

Nous sommes morts entre 1914 et 1918, en effet. Pour la patrie, certainement pas. Nous, et les millions de camarades morts autour de nous - qu’hommage leur soit en effet rendu - avons été massacrés. Envoyés au casse-pipe par des gens assis en haut de leurs pyramides, assis dans leurs bureaux. Nos énergies ont été volées, détournées, juste quand nous étions de plus en plus nombreux à croire à une autre manière de vivre ensemble, plus libre et plus juste : cela bouillonnait en nous, nous jetions des ponts entre les peuples, nous sentions confusément qu’ensemble nous pourrions renverser ce monde qui nous étouffait. Et la guerre est arrivée, nous avons étés pris, séduits, unis contre l’ennemi, le boche. Cela n’a pas duré : le boche bien souvent était lui aussi un simple homme, pris au piège comme nous, et arraché aux rêves que nous faisions ensemble. Nous avons cherché à fraterniser, nous avons été fusillés. Nous avons posé nos armes pour voir cet ennemi dans les yeux, et les bombardements se sont intensifiés, nous assourdissant de haine. Nous sommes morts.

Cette nuit nous sommes sortis de nos fosses, pour vous parler. Pour dire notre colère face à ces monuments qui vous mentent, face à ces patries qui aujourd’hui encore entraînent leurs armées à manipuler des armes toujours plus cruelles. Pour dire notre amour de la vie, et de tous. Pour vous mettre en garde : nous ne pouvons prétendre à prédire les futurs, mais ceux qui sont assis là-haut et qui commandent les cérémonies d’hommage en même temps qu’ils commandent aux armées, aux polices et aux vigiles, pourraient fort bien ressortir les mêmes cartes... vous dresser contre l’immigrant, contre le musulman encore, contre le chinois, contre le russe encore...

Hommage."

10/11/2011 http://bxl.indymedia.org/articles/5671

Suivant
Imprimer l'article