Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Tarbes : sapins de Noël et "mort des traditions"
(Le 19 décembre 2012)

Tarbes. Il se fait vandaliser les sapins de Noël

La Dépêche du Midi, 11/12/2012 08:12

Jean-Marc Doucet, le restaurateur de La Table de mamie, près de la place du Foirail, s’est fait vandaliser les sapins de Noël pour la deuxième fois en moins de deux ans.

Jean-Marc Doucet est très en colère. Pour la seconde fois en moins de deux ans, les sapins de Noël qu’il a positionnés à l’extérieur de son restaurant La Table de mamie, rue du Maquis-de-Payolle, ont été vandalisés.

En janvier 2011, les délinquants présumés lui avaient dérobé quatre sapins joliment décorés. Ils avaient poussé le vice jusqu’à envoyer par mail la photo d’un des sapins avec, à son pied, des nains de jardin dérobés dans une autre entreprise.

Une lettre de menace et deux hommes cagoulés

Les cinéphiles auront reconnu une mauvaise parodie du film « Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain », mais ce calembour n’aura fait rire que ses auteurs. D’autant que Jean-Marc Doucet avait retrouvé, dans sa boîte aux lettres, un courrier de menace accompagné d’une photo avec deux hommes cagoulés brandissant un Zippo® et une hache. Le commerçant avait déposé plainte mais « je n’ai jamais eu de nouvelles de la police ».

Dans la nuit de samedi à dimanche, le restaurateur a été victime d’un nouvel acte de vandalisme. Dimanche matin, stupéfait, il a découvert que la décoration de l’un de ses sapins a été emportée... avec les branches.

« J’en ai ras-le-bol. Tous les ans, au moment des fêtes de fin d’année, c’est la même chose : j’achète des décorations pour égayer cette rue sinistrée et je me les fais voler. À cause de ces gens-là, c’est la mort des traditions. On ne peut plus rien faire en France. Je suis obligé de placer les sapins sur le toit de la terrasse pour ne pas qu’on me les vandalise. Cette fois-ci, je n’ai pas déposé plainte parce que cela ne sert à rien », estime le restaurateur, complètement dépité.

Suivant
Imprimer l'article