Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Agen : la cathédrale de Saint-Caprais mise à sac
(Le 20 janvier 2013)

Vols et vandalisme dans la cathédrale d’Agen

Sud Ouest, 19/01/2013 à 13h04

Trois sujets volés dans une crèche dégradée, des cierges brisés et des documents déchirés : c’est la consternation à Saint-Caprais.

Nicolas Richer, le curé de la paroisse d’Agen, va déposer plainte aujourd’hui après les actes de vandalisme commis ce vendredi à l’intérieur de la cathédrale Saint-Caprais à Agen. Les faits ont été découverts hier en début d’après-midi.

Des faits d’une bêtise stratosphérique, qui ont semé la consternation parmi les fidèles et les représentants du culte, visant la crèche dressée pour la Nativité dans le transept nord de la cathédrale, à côté de la chapelle de Saint Sacrement.

Des pièces du XIXe siècle

« Tout le décor de la crèche a été renversé et saccagé. Trois sujets ont également été volés : il s’agit de l’enfant Jésus, de l’âne et du bœuf. Les voleurs ont également pris l’argent déposé par les fidèles dans l’angelot devant la crèche », énumérait hier le curé. Ces santons, d’une taille entre 50 et 60 cm, étaient en cire. Ils ont été réalisés au XIXe siècle.

Au-delà de leur valeur marchande, c’est sur leur valeur symbolique que Nicolas Richer a surtout voulu s’attarder : « Ces personnages sont laissés à la dévotion des fidèles depuis plus de 150 ans. » Les auteurs des faits ont également déchiré des prospectus et affiches d’information déposés à l’entrée de l’édifice pour en répandre les débris sur le sol. Les cierges de dévotion ont également été brisés et éparpillés par terre.

Appel à témoins

« On a voulu s’attaquer à la représentation de Noël », soulevait, amer, le curé qui a accueilli les policiers en début d’après-midi. Après avoir constaté les dégâts et tenté de prélever des empreintes, ils ont lancé un appel à témoins. Les voleurs ont quitté la cathédrale, fermée aux fidèles une partie de l’après-midi, avec les sujets sous le bras par la porte principale.

L’enquête a été confiée aux enquêteurs de la brigade de la sûreté urbaine. Une enquête qui pourra peut-être progresser grâce à l’étude des enregistrements des caméras de vidéosurveillance qui bornent la place Foch.

Suivant
Imprimer l'article