Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Créteil, Agression d’un magistrat de permanence au tribunal
(Le 10 avril 2005)

mardi 12 avril 2005, 13h12 Agression d’un magistrat de permanence au tribunal de Créteil

PARIS (AP) - Le substitut du procureur de Créteil (Val-de-Marne) a été agressé dimanche au sein même du palais de justice, a rapporté mardi le président de l’Union syndicale des magistrats (USM) Dominique Barella.

"Il a été frappé très sérieusement puisqu’il a été frappé à coups de pieds, à coups de poing, à coup de chaises, il a perdu connaissance", a détaillé Dominique Barella sur France-Info.

Le magistrat a été blessé au visage et bénéficie d’une incapacité de travail d’un mois, a ajouté le syndicaliste, qui a demandé aux magistrats français d’interrompre leurs audiences pendant une heure mardi prochain pour marquer leur solidarité à ce magistrat.

"Je ne pense pas qu’une mesure d’arrêt des audiences ou de telle ou telle activité soit la réponse la plus pertinente, même si je comprends l’émotion", a réagi le ministre de la Justice Dominique Perben sur France-Info.

"Le meilleur message que la justice est susceptible d’envoyer à des gens qui se comportent de manière violente à l’égard de la magistrature, c’est de leur passer au contraire un message de détermination et de courage", a ajouté le garde des Sceaux, qui a rappelé que des actions avaient été engagées pour sécuriser les palais de justice.

Selon "Le Parisien/Aujourd’hui en France", le magistrat était de permanence ce week-end et il déjeunait à la cafétéria quand, pour une raison encore indéterminée, il a été agressé par deux hommes dimanche. AP

lp/ma/cr


Un suspect avoue l’agression du magistrat de Créteil

PARIS (AP) - 14 avril 2005 - Un homme placé en garde à vue jeudi matin a avoué être l’auteur de l’agression du vice-procureur de Créteil (Val-de-Marne), Jean-Pierre Sabatier, dont il ignorait cependant la qualité de magistrat, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil.

Le suspect, dont la garde à vue a été prolongée de 24 heures, doit être présenté vendredi à un juge d’instruction en vue de sa mise en examen, a-t-on indiqué de même source. Une information judiciaire doit être ouverte vendredi matin.

Aux enquêteurs, l’homme -totalement inconnu des services de justice- a expliqué avoir ignoré qu’il avait agressé un magistrat. M. Sabatier lui aurait jeté un regard qui ne lui aurait pas plu à travers la vitre de la cafétéria où il était attablé, ce qui aurait motivé l’agression, selon le parquet de Créteil.

"C’est souvent ce qu’on entend en comparution immédiate", a noté un magistrat, qualifiant cela de "phénomène de cité ou de banlieue".

Le suspect, un ferrailleur âgé de 30 ans, a été interpellé très tôt dans la matinée dans un foyer social situé à proximité du palais de justice de Créteil. Il a été formellement reconnu par sa victime, qu’il ne connaissait pas avant l’agression. Ses motivations ainsi qu’un éventuel contentieux avec la victime sont en cours de vérification.

Le magistrat avait été frappé dimanche dernier alors qu’il déjeunait dans un restaurant situé à côté du palais de justice. Il avait perdu connaissance après un passage à tabac et a obtenu d’un mois d’interruption temporaire de travail.

Jean-Pierre Sabatier a été reçu mercredi Place Vendôme par le garde des Sceaux Dominique Perben qui souhaitait exprimer sa "solidarité à l’égard de l’ensemble des magistrats" et de "tous ceux qui font un métier difficile" pour "faire respecter la sécurité et les droits" des Français.

L’Union syndicale des magistrats (USM), qui avait demandé aux magistrats français d’interrompre leurs audiences pendant une heure mardi prochain pour marquer leur solidarité à Jean-Pierre Sabatier, a maintenu ce mot d’ordre qualifiant cette agression de "goutte d’eau qui a fait déborder un vase qui est déjà plein". AP

Suivant
Imprimer l'article

Le vice-procureur de Créteil, Jean-Pierre Sabatier, roué de coups dimanche 10 avril 2005