Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Sprimont (Belgique) : les transpalettes et les ordis dans l’étang ?
(Le 25 mars 2013)

Sprimont : l’administrateur-délégué va porter plainte pour vandalisme

RTBF | lundi 25 mars 2013 à 9h24

La tension monte d’un cran chez Meister à Sprimont. L’administrateur-délégué allemand de la société va déposer plainte pour vandalisme. Par ailleurs, il n’a pas retrouvé certaines marchandises bloquées toute la semaine dernière par les travailleurs. Des travailleurs qui ont décidé ce lundi matin de poursuivre la grève.

Aucune trace de ces marchandises et aucune image vidéo puisque les enregistreurs des caméras de surveillance ont également disparu. Une dizaine d’ordinateurs avec des dossiers de maintenance et de planning n’ont pas été retrouvés non plus.

Où tout cela a-t-il disparu ? Dieter Klingmann, administrateur-délégué de Meister, a sa petite idée. Il pense que les pièces manquantes ont été jetées dans l’étang juste derrière l’entreprise : "Je vois dans notre étang des transpalettes. Pour moi, les pièces et les transpalettes sont dans notre étang. Il y a une caméra qui surveille l’espace extérieur. J’ai regardé si on avait l’enregistrement de cette caméra et j’ai réalisé qu’on avait enlevé l’enregistreur. Je vais porter plainte".

Côté syndical, on dément avoir balancé ces marchandises dans l’étang. "C’était quand même beaucoup de palettes donc je ne sais pas qui aurait été jeter ça dans l’eau aussi vite que les huissiers sont arrivés" souligne René Petit, pour la CSC. "Je n’ai encore rien entendu" précise de son côté Patrick Moens, pour la FGTB. "Mais je ne l’ai pas vu non, à moins qu’ils ne parleraient des carpes ..."

S’agit-il donc de carpes ou de d’engin de transport de palettes ? Seule certitude, réunis ce lundi matin en assemblée du personnel, la soixantaine d’ouvriers de Meister a voté contre la reprise du travail. La grève entamée lundi dernier va donc se poursuivre.

Suivant
Imprimer l'article