Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais) : émeute suite à l’assassinat policier de Lahoucine Ait Omghar [mis à jour]
(Le 30 mars 2013)

Pas-de-Calais : un homme tué par un policier lors de son interpellation

AFP, 28/03/2013 à 17h06

Un homme de 26 ans a été tué par un policier ce jeudi en fin de matinée lors de son interpellation à son domicile, rue de Lassigny, à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais). Un policier a été blessé au cours de l’opération, mais ses jours ne sont pas en danger.

L’homme était recherché pour avoir tenté d’extorquer de l’argent le matin même à la gérante d’un hôtel de Fontaine-Notre-Dame, près de Cambrai (Nord), où il avait passé la nuit.

Il l’avait menacée avec une paire de ciseaux, puis avait pris la fuite en voiture. C’est ce véhicule qui a permis aux policiers d’identifier son domicile, où une patrouille de quatre agents est arrivée vers 11h30.

Tensions entre des jeunes et les forces de l’ordre

« Cela s’est mal passé », explique une source judiciaire. Selon les premiers éléments de l’enquête, le suspect se serait précipité sur l’un des policiers qui aurait alors ouvert le feu en direction de ses jambes. Il serait ensuite revenu à la charge, frappant le policier au thorax et le faisant tomber à terre. C’est à ce moment-là qu’un autre agent aurait ouvert le feu en direction du suspect. Touché à l’abdomen, ce dernier est mort sur place.

Une quarantaine de jeunes se sont rassemblés en début d’après-midi dans le quartier où la victime est décédée, certains lançant des pierres en direction des policiers qui ont répliqué en utilisant des gaz lacrymogènes.

La victime était connue des services de police. Il avait déjà été condamné pour détention de stupéfiants. Selon France 3, ses voisins parlent eux d’un homme calme et sans histoires.


Violences à Montigny-en-Gohelle : des journalistes et des photographes de presse agressés

AFP, 14H36 le 29/03/13

Un photographe de "La Voix du Nord", un autre de l’AFP et une journaliste de BFM TV auraient été pris à partie hier soir lors de heurts entre policiers et habitants de Montigny-en-Gohelle.

La tension redouble à Montigny-en-Gohelle. Cette ville du Nord, qui jouxte Hénin-Beaumont, est sous pression depuis qu’hier un jeune homme de 26 ans y a été abattu par des policiers venus l’interpeller. Le jeune homme, suspecté d’avoir tenté d’extorquer de l’argent à la gérante d’un hôtel de la région, se serait jeté sur un des policiers et blessé avec un couteau. Ce drame a provoqué hier soir des heurts entre les résidents de la cité minière et les forces de l’ordre.

D’après La Voix du Nord, plusieurs journalistes couvrant les échauffourées ont été agressés par des inconnus. Un des photographes du quotidien régional a été attaqué à coups de pieds par une quinzaine de personnes qui auraient également tenté de lui dérober son matériel photo. Il aurait réussi à leur échapper après une course-poursuite. Un photographe de l’AFP a, quant à lui, été victime du vol de son appareil photo. Une journaliste de BFM TV a été également prise à partie et une vitre de son véhicule a été brisée.

Le photographe de l’AFP a raconté sa version des faits à son employeur. "Descendu de mon véhicule, avec mon matériel photo dans mon sac, je me suis fait agresser par des gens d’une vingtaine d’années qui me soupçonnaient d’avoir filmé les échauffourées avec la police. Ayant à peine sorti mon boîtier sans objectif pour leur montrer que je n’étais pas là pour filmer, un des homme a mis la main sur la lanière de mon appareil et est parti avec en courant", a-t-il expliqué dans une dépêche de l’agence, en précisant ne pas avoir été frappé.


Montigny-en-Gohelle : marche silencieuse en hommage à Lahoucine Aït Omghar, tué par des policiers au cours de son interpellation

France3 Nord-Pas-de-Calais, 29/03/2013 | 20:27

Ce vendredi après-midi, famille, amis et anonymes se sont retrouvés pour une marche silencieuse en hommage à l’homme de 25 ans tué par des policiers, alors qu’ils l’interpellaient après une tentative de braquage.

Entre 400 et 500 personnes se sont retrouvés ce vendredi après-midi rue de Lassigny, à Montigny-en-Gohelle, près du domicile de Lahoucine Aït Omghar, mort ce jeudi au cours de son interpellation par des policiers. Ils se sont rendus jusqu’au commissariat d’Hénin-Beaumont. Une façon de protester contre la "réaction disproportionnée", selon la famille, des policiers qui ont tiré sur l’homme de 25 ans.

Ce vendredi, le Parquet a confirmé que les policiers avaient bien tiré plusieurs balles mais une seule a provoqué la mort (dans le foie). L’Inspection générale de la police nationale (IGPN = police des polices) a été saisie par le parquet de Béthune.

De son côté la famille a affirmé avoir contacté Maître Dupond-Moretti pour sa défense et veut porter plainte contre les policiers. Trois des quatre policiers ont repris le travail ce vendredi.


Montigny : levée de la garde à vue des personnes soupçonnées de heurts avec la police

AFP, 30 mars 2013 à 13:20

Les gardes à vue de cinq personnes, soupçonnées d’avoir participé aux heurts avec les forces de l’ordre jeudi à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais), après la mort d’un habitant tué par la police lors de son interpellation, ont été levées, a-t-on appris samedi auprès du parquet de Béthune.

Les cinq jeunes hommes gardés à vue se sont vus délivrer vendredi soir et samedi matin des convocations devant le tribunal pour dégradations, outrages, rébellions, violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, et, pour l’un d’entre eux, usage de stupéfiants, a-t-on indiqué de même source.

Les jeunes hommes, qui contestent l’intégralité des faits, ont été confrontés à des policiers, mais chacun est resté sur ses déclarations antérieures, selon le parquet de Béthune.

Des incidents entre riverains et forces de l’ordre avaient éclaté après la mort de Lahoucine Ait Omghar, 26 ans, soupçonné d’avoir commis jeudi matin une tentative d’extorsion dans un hôtel proche de Cambrai (Nord) et tué par balle lors de son interpellation alors qu’il tentait de s’en prendre à un policier avec une paire de ciseaux.

Cinq balles auraient été tirées par les policiers présents lors de l’interpellation, mais une seule aurait causé un impact mortel, selon les premiers résultats d’autopsie et de balistique recueillis vendredi.

Le parquet de Béthune a ouvert samedi matin une information judiciaire pour tentative de vol avec arme, vol avec violences, tentative d’homicide volontaire sur les policiers et homicide volontaire, a-t-il déclaré à l’AFP.

L’IGPN (Inspection générale de la police nationale), la « police des polices », avait quant à elle été saisie vendredi matin « pour effectuer une enquête parallèle sur les circonstances de l’intervention des services de police et ce qui a amené le déclenchement des tirs », selon le parquet.

La famille du jeune homme tué, qui a réclamé « justice » lors d’une marche blanche vendredi, a contacté le cabinet de Me Eric Dupond-Moretti et souhaite se constituer partie civile, a indiqué par ailleurs le parquet de Béthune.

Suivant
Imprimer l'article