Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Beauvais (Oise) : ni tribunal ni commerce !
(Le 10 avril 2013)

Beauvais : Incendie criminel au tribunal de commerce

Le Parisien, 09.04.2013, 12h58

La nuit dernière, un incendie s’est déclaré au rez-de-chaussée du tribunal de commerce de Beauvais. L’origine criminelle du sinistre ne fait aucun doute, une vitre ayant été cassée. L’alerte a été donnée à trois heures du matin, ce qui a permis aux pompiers de limiter les dégâts causés par le feu. Malgré cela, il ne reste pas grand-chose des trois bureaux du greffe du tribunal de commerce ni de leur contenu.

Une enquête a été ouverte et devra déterminer si cet incendie est l’œuvre d’un déséquilibré, d’un homme aux abois ou s’il a été prémédité pour empêcher un dossier d’être jugé par le tribunal de commerce.


Le tribunal de commerce incendié

Courrier Picard, 10/04/2013

Dans la nuit de lundi à mardi, le tribunal de commerce de Beauvais a été la proie des flammes. Les éléments portent à croire que l’incendie est d’origine volontaire.

Qui en veut au tribunal de commerce de Beauvais ? Dans la nuit de lundi à mardi, à 3 heures du matin, un cycliste qui passait dans le quartier Saint-Quentin, a aperçu des flammes au rez-de-chaussée du bâtiment d’État. « Il a alors appelé les pompiers qui sont arrivés très vite et ont pu circonscrire l’incendie pour qu’il ne se propage à l’ensemble de l’immeuble », précise le vice-procureur de la République, Luc Pellerin, pour qui assurément cet incendie est d’origine volontaire. « Il y a peu de probabilité que ce soit un acte isolé de quelqu’un de malveillant, qui aurait été aviné. C’est une atteinte à l’institution du tribunal de commerce, à l’institution républicaine. »

C’est la partie administrative de la juridiction - et non pas la salle d’audience - qui a été visée. Une partie du greffe du tribunal de commerce, où sont classés les dossiers archivés, audiencés ou en cours de traitement, a été ravagée par les flammes. Un acte peu anodin passable de dix ans de prison. « On a d’abord cassé le haut de la fenêtre avec un poteau de direction. 80 % de la vitre est protégée par des barreaux. On a ensuite lancé un objet incendiaire, composé très certainement d’hydrocarbures », précise Luc Pellerin.

Il faudra attendre plusieurs semaines avant d’avoir les conclusions de l’expert en incendie, à l’œuvre sur les lieux depuis hier matin, pour savoir comment le brasier a pris. Mais tout porte à croire que l’acte était volontaire et qu’il a été commis « pour nuire à l’organisation et à la gestion du tribunal de commerce ».

L’enquête a été confiée à la sûreté départementale de Beauvais. Pour le moment, aucune piste n’est écartée, ni privilégiée. « Dans les dernières affaires traitées par la juridiction, personne n’a montré le signe d’un mécontentement qui aurait pu entraîner de tels actes. Ce sera une enquête longue et difficile », analyse le vice-procureur.
La scène n’a pas été filmée car le tribunal de commerce ne dispose pas d’une caméra de surveillance. Aucune vidéo municipale n’est placée à cet endroit. Reste les caméras de l’hypermarché Hyper U, situé en face, à exploiter.Le tribunal de commerce est cependant resté ouvert hier et compte bien l’être ces prochains jours. Les audiences auront donc lieu.

Un travail de fourmi va obliger les greffiers à « reconstituer les dossiers brûlés », selon le président de la juridiction, François Delhaye. « Les archives sont sauves. Mais l’informatique a été sévèrement endommagée. Tout le monde se mobilise pour que le service public ne s’arrête pas et nous avons reçu des soutiens des autres greffes et tribunaux. »

Suivant
Imprimer l'article