Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Belgique : une trentaine d’écluses sabotées la veille d’une manif européenne
(Le 13 avril 2013)

Ecluses sabotées : Marcinelle et Obourg rouvertes à la navigation

RTBF | 11 avril 2013 à 21h48

Une écluse sur deux a été sabotée dans la nuit de mercredi à jeudi sur l’ensemble des voies navigables wallonnes. Sabotages anecdotiques ou dégradations sérieuses, une vingtaine d’ouvrages d’art sont touchés. 300 bateliers européens ont manifesté à Bruxelles ce jeudi.

Rien ne permet pour le moment d’incriminer les mariniers qui ont manifesté leur grogne auprès des autorités européennes. C’est la première fois que les actes de malveillance prennent une telle ampleur. Deux types de dégradations ont été commises : de la glu a été apposée sur les serrures des locaux donnant accès aux postes de commandes des écluses et des câbles électriques ou hydrauliques ont été sectionnés.

Parmi les installations les plus touchées, celles qui sont sur le canal Charleroi-Bruxelles et sur le canal du Centre, en particulier, l’écluse d’Obourg. Mais les écluses de Marcinelle et d’Obourg ont été rouvertes jeudi soir.

Une première estimation des dégâts parle d’une note de minimum 30 000 euros, comme l’explique dans l’onglet audio ci-contre Jean-Louis Libotte, inspecteur général à la Direction générale des voies hydrauliques du SPW, interrogé par Carl Defoy.

Pour le détail des installations hors service, voir le site des voies hydrauliques wallonnes.

300 bateliers manifestent à Bruxelles

Quelque 300 bateliers, principalement venus de Belgique, de France et des Pays-Bas, ont bruyamment réclamé jeudi à Bruxelles une rémunération correcte, dénonçant également une coûteuse réglementation européenne de mise des péniches les plus anciennes aux nouvelles normes.

Cette manifestation des bateliers européens, place du Luxembourg, devant le Parlement européen, visait notamment à demander une révision de la législation sur le transport et le contrôle technique des bateaux ainsi qu’une l’harmonisation fiscale, face à une concurrence de plus en plus forte des bateaux de plus grande taille et des bateliers d’Europe de l’est.

"Les prix sont ceux d’il y a trente ans", indiquait ainsi une banderole tenue par les manifestants qui ont lancé force pétards et quelques fumigènes colorés.


Une trentaine d’écluses dont celle de Kain vandalisées

L’Avenir.net, vendredi 12 avril 2013 06h00

KAIN - Une trentaine d’écluses ont été vandalisées en Wallonie dans la nuit de mercredi à jeudi, ce qui représente environ la moitié des équipements de Wallonie, a confirmé ce jeudi Yvon Loyaerts, responsable de la Direction générale opérationnelle de la mobilité et des voies hydrauliques.

La majorité des écluses endommagées ont toutefois pu être rapidement remises en service.

C’est notamment le cas de l’écluse de Kain où la navigation fluviale n’a dû être interrompue qu’entre 6 et 7 heures du matin, ce jeudi. « Le bouton d’arrêt d’urgence s’est enclenché et nous soupçonnons à cet effet les auteurs d’avoir démonté le boîtier pour y couper les câbles, avant de remonter l’appareil. Une intervention a donc dû être opérée pour court-circuiter les relais mais aucun autre dégât n’est heureusement à signaler », nous a expliqué Francis Vandewiele, le garde de l’écluse de Kain.

Sur le territoire wallon, d’autres dégradations ont également été constatés : « de la glu a en effet été apposée sur les serrures des locaux donnant accès aux postes de commandes des écluses », a ajouté Yvon Loyaerts. Ce dernier qualifiait les dégradations de « mineures », ce qui a permis aux réparations d’être rapidement menées et à la majorité des écluses de rouvrir.

Seules deux posaient encore problème dans le courant de la journée d’hier. L’écluse d’Obourg, sur le canal Nimy-Blaton ainsi que celle de Marcinelle, sur la Sambre, où la situation était plus problématique.

Les câbles sectionnés et la vétusté des installations ont pour conséquence que la circulation fluviale ne pourra y reprendre vraisemblablement que lundi, a précisé le directeur des voies hydrauliques. Ce dernier n’était pas en mesure de fournir une quelconque estimation du coût des dégâts.

Quelque 300 bateliers provenant de plusieurs pays européens ont manifesté jeudi à Bruxelles contre les prix bas et les normes européennes. Mais Pascal Roland, président d’une association de batellerie belge, à l’initiative de la manifestation, démentait un lien entre les deux événements.

« Nous condamnons les faits et nous ne voyons pas l’intérêt des bateliers à dégrader les écluses ».

Suivant
Imprimer l'article