Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Amiens : cinq "vandales" de 11 à 14 ans arrêtés
(Le 14 décembre 2006)

Amiens : cinq "vandales" de 11 à 14 ans arrêtés

(France 3, publié le 14/12 à 10:07)

Les suspects ont reconnu avoir mis sans dessus dessous un chantier en construction : 150 000 euros de dégâts

Cela faisait un mois que les dégradations se multipliaient chaque week-end. Et les ouvriers commençaient à ne plus vouloir travailler dans de telles conditions. Tags sur les murs, cloisons en plâtre éventrées, déchets de toutes sortes retrouvés par terre, bidon d’huile renversés, départs de feu... La liste des dégradations est longue et se chiffre à environ 150 000 euros de dégâts.

Cinq jeunes, âgés de 11 à 14 ans ont été arrêtés en fin de semaine dernière et mis en examen lundi 11 décembre pour avoir commis ces actes de vandalisme. L’explication du procureur de la République d’Amiens est sommaire mais les jeunes suspects n’avaient pas vraiment de raison de commettre ces actes et semblent avoir détruit essentiellement par jeu.

"La motivation principale est que c’était leur terrain de jeu le week-end. Quand a débuté le chantier, ils se sont sentis lésés puisqu’ils ne pouvaient plus pénétrer facilement sur le chantier. Apparemment, ils ont voulu se venger", explique le procureur de la République Patrick Beau.

Pour les ouvriers, la nouvelle de l’arrestation des suspects signifie que les conditions de travail vont enfin pouvoir redevenir normales. Certains d’entre-eux, dont les habits de travail avaient été en partie brûlés pour allumer des départs de feu, ne voulaient d’ailleurs plus travailler ici. Il faudra du temps pour remettre le chantier en état, mais désormais, ce qui sera fait ne sera plus à refaire.

Les jeunes, qui ont reconnu les faits ont eux été mis en examen. Ils risquent théoriquement jusqu’à 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende. Après avoir été arrêtés et interrogés au commissariat d’Amiens, ils ont pu rentrer chez eux mais ils seront prochainement présentés devant un juge pour enfants.

Suivant
Imprimer l'article