Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Besançon : aux chiottes, Ste Catherine et tout le reste !
(Le 28 avril 2013)

Besançon : le centre diocésain victime de vandalisme

France3 Franche-Comté, 26/04/2013 | 15:01

Emoi au centre diocésain de Besançon : la nuit, des bas-reliefs et des statues, notamment une de Sainte Catherine, sont dégradées. L’enquête s’avère difficile dans ces lieux ouverts à tous. Les personnes qui y travaillent sont blessées.

Le centre diocésain de Besançon, situé rue Mégevand, en plein centre ville de Besançon, est ouvert au public de 6 heures à 21 heures. Dans les couloirs de cet établissement, des oeuvres sont présentées, des statues y sont exposées. Il s’agit, en même temps, d’un centre cultuel et d’un centre culturel. Deux cents personnes y travaillent et une maison de retraites accueille une cinquantaine de prêtres âgés.

Les dégradations

Les dégradations se sont produites les nuits des 16 et 17 avril, puis la nuit du mercredi 24 avril dernier. La personne qui commet des dégradations se laisse-t-elle enfermer dans le centre diocésain ? Si une enquête est menée, rien ne permet encore de répondre à cette questions.

Ont été dégradés : des moulages de bas-reliefs réalisés dans les catacombes de Rome et une statue de Sainte Catherine. Les oeuvres ont été fracassées sur la cuvette des toilettes.

Les personnes qui travaillent au centre sont blessées par ces dégradations : les bas-reliefs ont été réalisés dans les années 30 et un an de restauration sera nécessaire pour, peut-être, les remettre en état. Surtout, ce qui les chagrine le plus c’est que ce lieu, très accueillant, devra certainement revoir sa politique d’ouverture.

Suivant
Imprimer l'article