Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Rome : un chômeur inaugure l’installation du gouvernement italien d’Union nationale
(Le 28 avril 2013)

Fusillade en Italie : le geste d’un désespéré

AFP, 28/04/2013 à 14:38

Au moment où le nouveau gouvernement prêtait serment, deux policiers ont été blessés par les tirs. Le geste d’un chômeur à bout, selon le ministre de l’Intérieur.

Une fusillade a éclaté dimanche à Rome au moment où le nouveau gouvernement du chrétien-démocrate Enrico Letta prêtait serment lors d’une cérémonie au palais du Quirinal, à un kilomètre de distance. Des coups de feu tirés qui peuvent être considérés "comme un acte isolé", "le geste criminel tragique d’un chômeur qui voulait se suicider", a affirmé le nouveau ministre italien de l’Intérieur, Angelino Alfano. M. Alfano a souligné devant la presse que "la situation générale de l’ordre public même après cet incident ne suscite pas de préoccupations", tout en indiquant que "la surveillance des objectifs à risque a été renforcée".

M. Letta, issu du Parti démocrate, première force de gauche, a juré sa fidélité à la Constitution italienne, suivi par chacun de ses 21 ministres. La cérémonie un peu compassée s’est déroulée à partir de 9 h 30, en une demi-heure, sous les lambris dorés du palais du Quirinal, siège de la présidence italienne. Mais au même-moment, vers 9 h 40, un homme a tiré plusieurs coups de feu blessant des carabiniers postés devant le palais Chigi, siège du gouvernement, situé à environ 1 kilomètre de là. Pendant que les télévisions montraient les ministres détendus et souriants qui prêtaient serment l’un après l’autre, les agences ont commencé à parler d’une fusillade avec des blessés. L’un des carabiniers a été blessé au cou, l’autre à une jambe, et leur agresseur est également hospitalisé. Une passante frôlée par un projectile a aussi été prise en charge.

Le message de Beppe Grillo

L’auteur des tirs est un Calabrais de 49 ans qui, selon des témoignages dont certains recueillis par l’AFP, s’est présenté devant le palais Chigi bien habillé, d’une veste avec une cravate, avant de commencer à tirer sur les carabiniers à une distance de cinq mètres. "C’est le geste d’un fou déséquilibré", a affirmé le maire de Rome, Gianni Alemanno, devant la presse, en indiquant que les deux carabiniers blessés et la passante "ne sont pas dans un état grave". "C’est quand même très inquiétant..., il faut voir qui est cette personne, pourquoi elle a choisi ce moment et ce lieu, ce n’était pas un hasard", a souligné sur la chaîne en continu Sky TG24 Fiorenza Sarzanini, journaliste spécialisée dans les faits divers au Corriere della Sera.

Mais selon le frère de l’auteur des tirs, contacté par l’agence Ansa, Luigi Prieti "n’a jamais souffert de pathologies psychiatriques et n’est pas un terroriste". Selon les médias, ce maçon aurait perdu son travail et serait revenu en Calabre (sud) après s’être séparé de son épouse, restée avec leur fils de 10 ans dans le Piémont (nord). Le président du Sénat et ancien juge anti-mafia Piero Grasso a appelé à "garder son calme". "Il ne faut pas ouvrir une stratégie de la tension", a-t-il dit, en référence aux années noires du terrorisme d’extrême droite et de gauche dans les années 70 en Italie. Pour sa part, le Mouvement anti-partis Cinq Étoiles a pris ses distances de l’attaque. "Nous sommes solidaires des forces de l’ordre, espérons que ce soit un geste isolé et qu’il le reste", a écrit sur son blog l’ex-humoriste Beppe Grillo...


Italie : fusillade alors que le nouveau gouvernement prêtait serment

Reuters 28.04.2013 à 17h17

Au moins deux policiers italiens ont été blessés par des coups de feu tirés dimanche 28 avril à la mi-journée devant le Palais Chigi, siège du gouvernement à Rome, ont annoncé les agences et télévisions italiennes. Au même moment, le nouveau gouvernement d’Enrico Letta prêtait serment au Palais du Quirinal.

Un témoin cité par la télévision publique a dit avoir entendu au moins huit coups de feu. Les forces de l’ordre ont retrouvé cinq douilles sur place, ainsi qu’une arme à feu de petit calibre. Les blessures des deux policiers, touchés au cou pour l’un et à la jambe pour l’autre, ne seraient pas mortelles, selon les médias italiens.

"LE CLIMAT DE CES DERNIERS MOIS A CERTAINEMENT AIDÉ"

Le tireur, un Calabrais de 46 ans, également blessé, a été arrêté. Le nouveau ministre de l’intérieur issu des rangs du parti de Silvio Berlusconi, Angelino Alfano, a qualifié la tuerie "d’acte isolé". "Son intention était de viser des politiciens", a précisé l’un des procureurs de Rome, Pierfilippo Laviani.

Le maire de Rome a cependant exclu la piste d’une attaque terroriste. "Ce n’est pas un acte de terrorisme mais le climat de ces derniers mois a certainement aidé", a déclaré Gianni Alemanno, une allusion aux tensions politiques qui durent depuis deux mois.

M. Alfano a été prévenu de la fusillade alors qu’il était assis au premier rang lors de la cérémonie d’investiture. Dès la fin de cette dernière, le président de la République, Giorgio Napolitano, le président du Conseil, Enrico Letta, et les membres du gouvernement ont tenu une réunion de crise afin de se tenir informés de la situation.

Suivant
Imprimer l'article