Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Terrorisme d’Etat : Europol, la gauche et les anarchistes
(Le 29 avril 2013)

Dans le cadre de l’accord global entre l’Union Européenne et le Mexique en cours de négociation, on apprend dans un journal mexicain (Alarma por los anarquistas mexicanos, la CH, 24 avril 2013) qu’Europol, dans un document interne du 4 avril 2013, insiste non seulement sur une coopération contre le narcotrafic, mais aussi contre ETA (dont certains membres seraient réfugiés au Mexique) et contre les anarchistes : "México est très importante pour Europol à cause des nombreuses attaques anarchistes extrémistes qui ont été commises là-bas(...) Les auteurs proclament fréquemment qu’elles ont été perpétrées en solidarité avec des anarchistes incarcérés dans l’Union Européenne".
On apprend ainsi que les informations fournies par le Mexique alimenteront la base de donnée d’Europol sur le "terrorisme interne" en Europe, nommée Analysis Work Files Dolphin.

Le dernier rapport "sur la situation et les tendances du terrorisme en Europe" de cet organisme (pour 2012) a d’ailleurs été publié le 25 avril dernier, et inclut comme chaque année une rubrique "terrorisme de gauche et anarchiste"*. S’ils ont au moins compris une chose, c’est, en devant séparer les uns des autres, que les anarchistes ne sont pas de gauche, parce qu’ils souhaitent détruire tous les pouvoirs plutôt que de s’en emparer...

* Pour la France, les bureaucrates ont décidé de mentionner à cette rubrique "un nombre d’incidents motivés par l’expulsion de demandeurs d’asile", et concluent plus généralement leur analyse des menaces (p29) par "en 2011, des anarchistes ont rejoint les rangs des protestations en France et en Italie lors de manifestations contre la construction du futur aéroport de Notre Dame des Landes à Nantes et la ligne de train à grande vitesse en Italie en Val de Susa". En réalité, c’est presque mot pour mot la déclaration du ministre de l’intérieur Manuel Valls lors d’une conférence de presse le 5 novembre 2012 après une réunion ministérielle sur l’organisation internationale de la police Interpol : "[ce dernier] a aussi préconisé davantage de coopération face "aux formes de violence provenant de l’ultra-gauche, de mouvements d’anarchistes ou d’autonomes", en citant "des groupes violents" gravitant autour de projets comme la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin ou l’aéroport de Notre Dame des Landes en France" (AFP, 06/11/2012). Le copié/collé en kit des sous-Bauer de ministère, en quelque sorte.

Suivant
Imprimer l'article