Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Turin : Charge policière de deux piquets de résistance aux expulsions locatives, 40 arrestations
(Le 22 mai 2013)

A l’aube du mardi 21 mai, depuis presque un an que les 3e mardi du mois se déroulent (stratégie de la police de concentrer ce même jour un maximum d’expulsions locatives où ont lieu des résistances pour les affaiblir, ndt), et dans la continuité de l’offensive répressive qui dure depuis un mois, pour la première fois la police a chargé deux piquets anti-expulsion dans le quartier de Barriera di Milano. Et elle l’a fait de manière à être sûr que l’opération puisse être la plus rapide possible, mobilisant une douzaine de fourgons et une centaine de flics anti-émeute.

la première maison à être assiégée se trouve via Soana, à 6 heures du matin : les barricades sont abandonnées rapidement parce que les personnes solidaires se trouvent pris par surprise et en tenaille et donc se barricadent dans la maison. La porte est enfoncée en une demi heure, et au terme de l’opération 16 personnes sont expulsées puis emmenées au commissariat.

La nouvelle de l’attaque est transmise immédiatement au piquet de via Ceresole, où les personnes sous expulsions et solidaires se préparent à la résistance, en fermant le portail qu’illes ont dans le dos pour ne pas battre en retraite. La police arrive un peu avant 7 heures du matin, et encercle la barricade faite de poubelles, les résistants parent les coups de matraques à l’aide d’une banderole renforcée, les barricades tiennent, quelques voisins solidaires balancent sur les flics de beaux seaux de flotte. Craignant que le corps à corps dure trop longtemps, ou que peut être pleuvent des balcons autres choses, un flic en civil du comico de Porta Palazzo ordonne d’utiliser les gaz lacrymogènes, puis s’éloigne rapidement. La cartouche à fragmentation est lancée de l’autre côté des barricades, et le nuage fait bouger tout le monde : les anti-émeutes lachent prise sur les poubelles et les résistants quittent les barricades petit à petit. Quand le nuage de fumée se disperse, la police envahit l’immeuble et après quelques minutes défonce la porte de l’appartement. L’expulsion vient d’être effectuée et 24 personnes sont emmenées au comico. Il est 7h30.

Au cours de la journée, entre 13h et 20h, les quarantes personnes sont relachées. 37 accusations de rebellion. En plus, tous les italiens non résidents à Turin reçoivent un ordre d’expulsion de la ville ; et les non-italiens, un ordre d’expulsion de l’Italie.

Marianna et Camille sortent de prison pour l’assignation à résidence

Mardi soir, Marianna et Camille sortent de la prison de Turin avec des assignations à résidence. Pour Marianna, avec toutes les restrictions (pas de visite, téléphone, internet, courrier).

[Traduction de Macerie reçue par mail]

Suivant
Imprimer l'article