Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Grèce : la vengeance des anarchistes
(Le 22 décembre 2006)

Grèce : la vengeance des anarchistes

20 décembre 2006

Au cours des dernières semaines, d’Athènes à Thessalonique, de nombreuses attaques se sont déroulées contre des banques et des postes de police en réponse à la brutalité de la répression policière et en solidarité avec les protestations de certains prisonniers.

Il y a quatre jours en particulier, un groupe d’anarchistes a assailli le poste de police de Papagou (Athènes), détruisant trois véhicules de patrouille et une moto. L’attaque a été organisée de façon à prendre la police par surprise. Après être arrivés dans les parages et avoir garé leurs motos non loin, un groupe de 10 à 15 personnes s’est approché à pied du poste. Plusieurs lacrymogènes ont d’abord été lancés à l’intérieur du bâtiment et dans la guérite attenante afin de créer la confusion, avant qu’une pluie de molotovs ne brûle les véhicules de la police. Le groupe est ensuite reparti sans arrestation. Deux jours après, à Thessalonique comme à Athènes, les casernes de flics anti-émeutes ont été attaquées près des campus universitaires. A Thessalonique, il semble qu’une cinquantaine de molotovs aient été lancés. Suite à ces événements, le ministre de l’Intérieur, Polydoras, a émis un communiqué dans lequel, en fait, il justifie et autorise la police la police à tirer à vue au cours de ces attaques. En même temps, il accuse le parti réformiste de gauche “Synaspismos” d’appuyer les anarchistes, simplement parce qu’ils n’ont pas publiquement condamné ces épisodes. La réponse aux allégations du ministre ne s’est pas faite attendre : La nuit même à Athènes, huit banques ont été incendiées avec des bonbonnes de gaz et autre matériel inflammable. En deux occasions, les anarchistes ont sonné à la porte des habitations du coin pour prévenir les résidents de déplacer leurs voitures avant de mettre le feu aux banques.

Publié le 22 décembre 2006 sur http://liberisubito.splinder.com/

Sources : http://liberisubito.splinder.com/

Suivant
Imprimer l'article