Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Nancy : comment accueillir un maire dans le quartier ?
(Le 9 août 2013)

Nancy : il menace de mort André Rossinot

France3 Lorraine, 09/08/2013 | 10:38

Un trentenaire a été interpellé et placé en garde à vue après des menaces répétées envers des agents de la ville et le maire de Nancy. Il sera jugé par le tribunal correctionnel cet automne.

Un homme de 31 ans a été présenté ce vendredi 9 août 2013 au parquet de Nancy pour "menaces de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique", "menaces de mort réitérées" et "dégradations de biens privés".

Il lui est reproché d’avoir injurié et menacé André Rossinot, le maire de Nancy, lors d’une visite à la Mairie de quartier de la ville haute (Plateau de Haye Haut-du-Lièvre), rue Dominique Louis, le jeudi 11 juillet 2013. La ville de Nancy avait alors engagé une procédure à son encontre et c’est finalement ce mercredi 7 août que les policiers de la brigade criminelle l’ont placé en garde à vue. Un placement après une interpellation à son domicile qui a été justifiée également par une seconde affaire dans laquelle cette personne a été impliquée précise l’Est Républicain : : des menaces de morts répétées envers les employés de la mairie de quartier entre le 30 avril et le 31 juillet de cette année. L’homme avait notamment évoqué sa volonté de "faire sauter le bâtiment".
Il lui est également reproché d’avoir endommagé la porte d’entrée de la structure socio-éducative Le Buisson Ardent près de son domicile.

L’homme reconnaît les injures et les dégradations mais réfute avoir proféré des menaces. Ce sera au tribunal correctionnel de trancher à l’automne.

Suivant
Imprimer l'article