Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Rouen : manif anti-policière, affrontements et un local UMP de plus défoncé
(Le 14 avril 2007)

JEUDI - EMEUTE A ROUEN - Ce qu’il s’est vraiment passé

A la suite du tabassage filmé de deux jeunes pas loin du campus de Mont Saint Aignan il y a 15 jours, une mobilisation à l’université s’est mise en place.

Jeudi, un appel à une manifestation contre la police pour certain, contre la répression pour d’autre a été largement diffusé.

500 à 600 personnes selon la police, se sont retrouvées en centre ville. Principalement des lycéens et des étudiants. Le cortège a pris la direction de la préfecture jusqu’à ce qu’il se scinde à une intersection. Environ 150 militants de gauche et d’extrême gauche continuent jusqu’à la prefecture, le reste bloque le boulevard. Après dix minutes de stagnation, le cortège repart avec en tête une banderole : BOUTONS LA POLICE HORS DE FRANCE. Probablement une boutade à propos de Jeanne D’arc. D’autres pancartes disaient : LES BACS AU RMI, BATARDS DE FLICS, TOURNEZ MANEGE - FORAINS DE FRANCE UNISSEZ VOUS, LA PEUR DOIT CHANGER DE CAMP. J’en passe et des meilleures.

Quinze minutes plus tard, trois policiers de la BAC sont signalés par les manifestants. Ils se font alors agresser et insulter et doivent fuir la manifestation. Toujours plus loin, une assurance est attaquée. Le cortège reprend en choeur NIQUE LA POLICE, SARKOZY ENCULE ou encore PLUS DE FLICS DANS NOS VILLES ou VIES je ne sais pas.

Ensuite, la manifestation bifurque et se dirige vers la permanence de l’UMP. Elle est alors sauvagement attaquée et certaines personnes tentent d’y mettre le feu. A partir de là, un important dispositif policier apparait et attaque le cortège qui se dispèrse dans tous les sens.

Dans les heures qui ont suivies, des CRS chassaient les étudiants et lycéens dans les rues. Des agroupement sporadiques semblaient se reformer systématiquement. Apparemment 5 jeunes seraient en garde. à vue.

Selon la presse locale, l’UNSA-POLICE aurait porté plainte à l’encontre d’affiches qui inciteraient à la haine de la police.

A dix jours des élections, la situation paraît extrêmement tendue entre jeunes et forces de l’ordre.

(Indymedia Lille, 13 avril 2007) http://lille.indymedia.org/spip.php ?article8314

************

Manifestation contre les violences policières : Des casseurs dévastent la permanence de l’UMP à Rouen

Bruno Devaux candidat UMP en Seine-Maritime aux prochaines élections législatives et conseiller municipal à Rouen a dénoncé le « fascisme » des personnes qui ont dévasté la permanence de l’UMP à Rouen jeudi en fin de journée. Le saccage est survenu lors d’une manifestation qui a tourné à l’affrontement entre manifestants et forces de l’ordre. Dix présumés casseurs ont été interpellés.

La manifestation, qui a réuni 5 à 600 manifestants d’organisations politiques de gauche et d’extrême gauche de syndicats et d’associations, devait dénoncer les violences policières et se dérouler dans le calme en soutien aux deux jeunes gens violemment interpellés mardi 3 avril dans la soirée à Mont-Saint-Aignan.

Après dislocation, des groupes incontrôlés se sont formés en centre ville. Bilan : poubelles incendiées, vitrines cassées et saccage de la permanence de l’UMP. Plusieurs élus se sont rendu rapidement sur place pour dénoncer cette violence. « Ce sont des événements toujours très graves pour notre démocratie où l’on empêche les Français de s’exprimer », a d’abord expliqué Bruno Devaux sur son blog avant de dénoncer « ce fascisme qui saccage et qui détruit mais qui nous renforce dans notre volonté de soutenir les candidats républicains ». « Je comprends que la campagne de Nicolas Sarkozy dérange un certain nombre de personnes... » mais aujourd’hui « l’on a besoin que l’ordre soit remis », a-t-il ajouté.

Samedi 14 avril 2007 http://www.infoceane.com/journal/070414-manifs_casseurs.html

*************

L’oeuvre de casseurs

Comme on pouvait le craindre, la manifestation contre les violences policières organisée jeudi soir à Rouen par des étudiants a dérapé. Un groupe de casseurs a rejoint le cortège en fin de manifestation. Des dizaines de jeunes, masqués pour la plupart, se sont attaqués à la vitrine d’une permanence du candidat UMP à la présidentielle Nicolas Sarkozy qui a volé en éclat. Des poubelles incendiées ont été lancées à l’intérieur sans que les flammes ne se propagent. Une autre vitrine a été cassée à l’issue de cette manifestation qui a réuni 500 à 600 participants, selon la police, dont la majorité s’était dispersée avant ces incidents. Des affrontements avec les forces de l’ordre ont alors eu lieu. Dix jeunes ont été interpellés.

La manifestation avait commencé dans le calme vers 17H00 devant le palais de justice. Des étudiants scandaient : "Policiers partout, justice nulle part" et "Non, non, non aux violences policières". Au milieu du cortège, une banderole proclamait : "Boutons les flics hors de France". Cette manifestation faisait suite à l’interpellation de deux étudiants âgés de 21 et 20 ans après un accident sur le campus de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen. L’interpellation avait été filmée par un particulier et des séquences avaient été diffusées par France 3.

Une enquête de l’IGPN a été ouverte tandis que les deux étudiants ont été mis en examen, notamment pour outrages envers agents de la force publique, et placés sous contrôle judiciaire.

Par ailleurs, l’UNSA-Police, un syndicat de policiers, a décidé de porter plainte pour circulation de tracts hostiles aux forces de l’ordre et incitant à la haine sur le campus.

(http://normandie.france3.fr/info/29949229-fr.php)

Suivant
Imprimer l'article