Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bois-d’Arcy (Yvelines) : une vingtaine de refus de réintégrer les cellules
(Le 22 août 2013)

Début de mutinerie à la prison de Bois-d’Arcy, dans les Yvelines

AFP, 22/08/2013 à 17:43

Début de mutinerie à la maison d’arrêt de Bois-d’Arcy, dans les Yvelines. Une vingtaine de détenus ont refusé ce jeudi 22 août au matin de regagner leurs cellules, se plaignant du manque d’efficacité des équipes médicales de la prison.

La rébellion n’a duré qu’environ 3h30, mais elle est symbolique du climat actuel des prisons françaises, en tension depuis le début de la semaine, après des évènements survenus lundi, mardi et mercredi. Une soixantaine de détenus ont saccagé lundi un secteur de la maison d’arrêt de Blois, à la suite de la découverte d’un détenu mort le matin même. Mardi et mercredi, deux tentatives de mutinerie, impliquant une vingtaine de personnes, ont eu lieu au centre pénitentiaire de Châteaudun (Eure-et-Loir).

Cette fois-ci, c’est un malaise qui aurait, selon les prisonniers, déclenché "l’insurrection", vers 10h. Alors que 22 détenus se trouvaient en salle de sport, les prisonniers ont "prétexté qu’un des leurs avait un malaise et se sont plaints du fait que les équipes médicales mettaient trop de temps à intervenir", a indiqué le délégué général de FO Pénitentiaire, Jérôme Nobécourt. "Ils ont refusé de réintégrer leurs cellules, malgré plusieurs négociations avec des responsables de la prison", a ajouté une autre source syndicale.

Les équipes régionales de sécurité (Eris) sont intervenues et tout est rentré dans l’ordre vers 13h30. "Il n’y a eu aucun blessé et les dégradations sont minimes", a souligné la seconde source syndicale. Un détenu récalcitrant a été conduit au quartier disciplinaire.

Suivant
Imprimer l'article