Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : quatre permanences du PS tagués et les serrures bloquées
(Le 22 août 2013)

Paris : quatre permanences PS encore visées par des dégradations

Metro, 22-08-2013 09:40

FAITS DIVERS - Trois locaux du parti socialiste, situés dans le 3e, le 10e et le 20e arrondissement ont été visés par des dégradations dans la nuit de mardi à mercredi.

Partout le même symbole : de la peinture bleue et un A entouré d’un rond, symbole des anarchistes. En tout, ce ne sont pas moins de quatre locaux du Parti socialiste qui ont été dégradés dans la nuit de mardi à mercredi, dans le 3e, le 10e, le 18e et le 20e arrondissement.

Si les dégâts matériels ont été peu importants, c’est la permanence du 10e arrondissement qui a été la plus dégradée. Sur la façade, une inscription : "expulseurs de sans-papiers". Celle du 3e arrondissement a été recouverte de l’inscription "facho" et du mastic a été posé sur les serrures. Même sort pour les serrures du local du 18e.

Multiples dégradations depuis le début de l’année

Depuis le début de l’année, plusieurs permanences PS ont ainsi été vandalisées dans Paris. Dans le 20e arrondissement, c’est la deuxième fois depuis le mois de juin que le local est visé par des inscriptions portant la signature de la mouvance de l’ultra-gauche radicale. Celle du 4e arrondissement, avait quant à elle été plusieurs fois prise pour cible, notamment lors des débats sur le mariage pour tous. Le maire de l’arrondissement, Christophe Girard, avait même demandé à la section de s’équiper d’une caméra de vidéosurveillance.

Le maire de Paris Bertrand Delanoë a condamné dans un communiqué "ces agressions contre des lieux d’expression et de vie démocratique", les qualifiant d’"inacceptables". Une enquête de police a été ouverte.

Suivant
Imprimer l'article