Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Bussoleno (Val Susa) : incendie d’engins de chantier d’une entreprise du TAV
(Le 1er septembre 2013)

Presse italienne - La nuit de vendredi 30 août à samedi 31 août, deux compresseurs et un engin pour les travaux de la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse (TAV) Turin-Lyon ont été incendiés dans un hangar de l’entreprise Geomont à Bussoleno.

Comme d’habitude, plutôt que de s’en réjouir, ou tout simplement de fermer leur gueule, ceux qui souhaitent dicter leur ligne de conduite dans cette lutte se sont dissociés. Il s’agit du site notav.info dans un texte titré "Et si l’incendie du hangar c’était l’assurance qui te le payait ?" publié le 30 août et envoyé à tous les médias. A partir de questions comme "et si l’entreprise avait provoqué elle-même l’incendie pour des questions financières ?", de sous-entendus sur la mafia (ceux sur les services secrets, ce sera pour le prochain sabotage), etc. le texte affirme impudemment "nous savons que le mouvement no tav n’a pas mis ce feu".

Ce site est coutumier du fait (voir par exemple ici et ) et continue d’être le point de référence du mouvement no tav dans l’hexagone, de Paris à la Savoie...

Suivant
Imprimer l'article