Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Palaiseau (Essonne) : quadruple évasion du centre de rétention
(Le 7 septembre 2013)

Palaiseau : des sans-papiers s’évadent

AFP, 06/09/2013 à 18:36

Trois hommes en situation irrégulière se sont évadés aujourd’hui du centre de rétention administrative de Palaiseau, en Essonne, ont indiqué des sources concordantes.

"Quatre personnes se sont évadées. Un a été repris", a précisé à Pierre Henry, directeur général de France Terre d’Asile (FTA) qui apporte une aide juridique aux étrangers retenus sur ce site. La préfecture de l’Essonne a confirmé l’évasion qui s’est déroulée à la mi-journée, vers 13h25.

Selon une source policière et la préfecture de l’Essonne, les trois fugitifs auraient pris la fuite en sciant les barreaux d’une fenêtre située au premier étage du bâtiment ouvert depuis 2005. Il s’agit d’un Marocain et de deux Algériens. Le quatrième fuyard, de nationalité malienne, s’est blessé en sautant et a été immédiatement interpellé par la Police aux frontières (PAF) chargée du centre.

"Manque cruel d’effectifs"

Le CRA de Palaiseau avait déjà été l’objet d’une évasion, le 16 décembre 2012. Deux Tunisiens, un Algérien et un Roumain sans papiers s’étaient alors enfuis. Lors de cette évasion, deux fonctionnaires de police avaient été frappés par un cinquième homme qui n’était pas parvenu à prendre la fuite. Celui-ci avait été condamné à deux ans de prison. Rappelant ces faits, le syndicat policier Alliance a dans un communiqué, denoncé vendredi, un "manque cruel d’effectifs" et demandé "un renfort immédiat de 20 gardiens de la paix pour ce service".

Ces faits surviennent une semaine après l’évasion de 11 étrangers du centre de rétention administrative (CRA) du Bois de Vincennes à Paris dans la nuit de vendredi à samedi.

Suivant
Imprimer l'article