Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Morbihan : les fétiches tombent en petits morceaux
(Le 21 septembre 2013)

Le patrimoine religieux du Morbihan victime d’actes de vandalisme

La Croix, 18/9/13

Plusieurs édifices religieux du Morbihan ont été la cible d’actes de vandalisme depuis le mois de juin. L’architecte des Monuments de France est attendu sur place pour évaluer le montant du préjudice financier.

Des actes de vandalisme contre des édifices religieux du Morbihan ont suscité l’inquiétude des autorités. Depuis juin, plusieurs communes à l’ouest de Pontivy ont subi des dégradations de leur patrimoine religieux. Le dernier épisode s’est produit à Melrand, dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 septembre. L’un des nombreux calvaires de ce village de 1500 habitants a été amputé de deux statues, représentant la Vierge et saint Jean. Les deux ouvrages en granit de 1,20 m ont été descellés et brisés sur le sol. Un autre calvaire, trois fontaines et une chapelle ont également été dégradés pendant l’été.

« Pourquoi ce vandalisme gratuit  ? », s’interroge le maire, Jean-Paul Pasco. Il souligne que ces monuments anciens appartiennent à la collectivité  : l’ensemble des contribuables devra régler les frais de restauration. Le dernier calvaire abîmé, qui date de 1827, est classé monument historique. L’architecte des Monuments de France est attendu sur place pour évaluer le montant du préjudice financier.

« S’attaquer aux signes chrétiens, c’est s’attaquer à la foi, mais tous les habitants sont touchés »

Dans la commune voisine de Bubry, deux statues situées près d’une chapelle ont été saccagées. La représentation en granit de sainte Hélène, qui pèse une centaine de kilos, a été retrouvée en morceaux dans la fontaine, le 2 septembre. Quelques jours auparavant, une autre statue de 1,5 m de haut, installée sur l’ancien calvaire du bourg, avait été jetée à terre et brisée en morceaux. Le 5 septembre, c’est une Vierge à l’enfant en pierre polychrome, du XVe siècle, classée, qui était à son tour retrouvée sur le sol de l’église Saint-Pierre de Ploemeur...

S’agit-il d’actes de dégradation en série ou de faits isolés  ? La gendarmerie se refuse à tout commentaire. « L’enquête est en cours », indique Pascal Lhoutellier, commandant de la compagnie de gendarmerie de Pontivy.

Le curé de la paroisse de Melrand, le P. Francis Le Goff, pense, quant à lui, que ces actes de vandalisme ont été commis par une seule et même personne, ou un groupe de personnes. « Ils ont eu lieu dans un très petit périmètre, à quelques kilomètres les uns des autres, dit-il. S’attaquer aux signes chrétiens, c’est s’attaquer à la foi, mais tous les habitants sont touchés. Le patrimoine religieux appartient aux communes. » Un sentiment partagé par les nombreuses personnes qui sont venues se rendre compte des dégâts.


Un calvaire de Melrand vandalisé

France3 Bretagne, 16/09/2013 | 16:34

Deux statues, une de la vierge et une autre de Saint Jean, classées monuments historiques ont été jetées au sol et brisées défigurant ainsi le calvaire de Melrand. Après Bubry et Ploemeur, c’est, depuis la fin août, la troisième commune du Morbihan à subir de tels actes sur un édifice religieux.

Un calvaire du bourg de Melrand (56) a fait l’objet d’acte de vandalisme, dans la nuit de vendredi à samedi. Le ou les auteurs s’en sont pris à ces deux statues, une de la vierge, l’autre de Saint Jean, datant de 1827 et classées monument historique. Toutes deux ont été descellées et jetées au sol avant d’être brisées.

Il s’agit là du quatrième acte de dégradation d’un lieu de culte en un peu plus de deux semaines après Ploemeur le 6 septembre et par deux fois à Bubry fin août et le 2 septembre.

Même si selon les gendarmes de Pontivy chargés de l’enquête : « Il faut bien se garder de faire des rapprochements tant qu’ils ne sont pas scientifiquement prouvés... ». Difficile de ne pas faire de liens entre ces trois affaires qui à chaque fois suscitent colère et exaspération des habitants des communes concernées.


Bubry. Quartier de Ste-Hélène : deux statues vandalisées

Le Télégramme, 3 septembre 2013

Ecoeurement, colère, sidération, tels sont les mots employés par Jean-Yves Nicolas, le maire, et Clément Evano, le premier adjoint, devant l’affligeant spectacle que présentait, hier, la fontaine de la chapelle Sainte-Hélène : la statue de plus de 100 kg, située dans la niche qui la surplombe, y a été jetée : brisée en trois morceaux, elle gît au fond de l’eau, le visage face au ciel. C’est un promeneur qui a découvert cet acte de vandalisme, dimanche, en fin de journée. L’abbé Prévost est sous le choc et l’émotion est vive au sein du comité de chapelle, ainsi que parmi la population bubryate : cette oeuvre, un des joyaux du patrimoine religieux local, avait été réalisée en 2006 par M. Guilloux, un sculpteur résidant à Querrien (Finistère), le préjudice s’élève à 3.658 €.

Une plainte

La semaine dernière, une autre dégradation avait été constatée à quelques dizaines de mètres de là, au niveau du vieux calvaire : une statue d’environ un mètre a été précipitée au sol, sa tête, qui s’est détachée, repose à côté du tronc. La gendarmerie de Pont-Scorff s’est rendue sur les lieux ; une plainte sera déposée aujourd’hui par la municipalité.

Suivant
Imprimer l'article

Melrand, 14 septembre 2013

La Vierge s’éclate à Ploemeur le 5 septembre 2013

... et Ste Hélène la rejoint dans l’extase à Bubry le 2 septembre