Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Condé-sur-Sarthe (Orne) : les matons se font palper la gueule
(Le 26 septembre 2013)

Prison de Condé-sur-Sarthe : deux surveillants violemment agressés par un détenu

tf1, 25/09/2013 à 13h18

Dans le centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, deux gardiens ont été hospitalisés ce mercredi matin après avoir été frappé par un détenu qui refusait une fouille par palpation.

Deux surveillants du Centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe ont été agressés par un détenu ce mercredi matin. Le prisonnier qui sortait de la cours de promenade a refusé une fouille par palpation, a indiqué Emmanuel Baudin, secrétaire interrégional de Force ouvrière à MYTF1News. Les deux gardiens, qui ont reçu une série coups de poing, ont été transportés à l’hôpital. «  Ils ont violemment été marqués au visage« , a indiqué le syndicaliste, qui rappelle que cette agression est « une parmi tant d’autres ».

Le Centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, ouvert en avril 2013, est l’établissement le plus sécurisé de France. Avec ses 249 places, cette prison accueille les détenus les plus difficiles de l’Hexagone. « De l’extérieur, c’est un véritable bunker, mais à l’intérieur nous n’avons pas assez de moyens pour canaliser les détenus« , regrette Emmanuel Baudin, qui rappelle que ces incidents sont « monnaie courante ». Attaque à l’huile chauffée

Jeudi dernier, « un détenu s’est retranché dans une salle d’audience où il a eu le temps de faire chauffer de l’huile pour la balancer sur des collègues«  , raconte le syndicaliste. Il devait comparaître lundi au tribunal mais ce dernier a refusé de se faire juger. Un autre a récemment « pris trois ans ferme » pour agression avec armes.

Suivant
Imprimer l'article