Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Buenos Aires : "La seule église qui brille, c’est celle qui brûle", dans celle du Pape aussi
(Le 28 septembre 2013)

Vandalisme dans l’église du Pape à Buenos Aires

Radio Vatican, 2013-09-28 12:39:02

« Hypocrites : ni Dieu, ni maître » et « La seule église qui brille, c’est celle qui brûle ». Ces inscriptions à connotation anarchiste ont été tracées à la peinture blanche dans la nuit du 24 au 25 septembre sur le sol de l’église Saint Ignace de Loyola, le plus ancien lieu de culte de la capitale argentine, dont le pape François a été l’archevêque de 1998 à 2013. Les vandales ont également uriné sur l’autel principal et tenté de mettre le feu à un deuxième autel, ainsi qu’à la chaise de l’église depuis laquelle le prêtre donne la messe. Le journal argentin Clarin a d’abord émis l’hypothèse qu’il s’agissait d’un groupe radical nommé La Revancha, qui a aussitôt démenti son implication.

Suivant
Imprimer l'article