Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : un keuf en moins à la Foire du Trône
(Le 13 avril 2007)

Foire du Trône : 4 jeunes gardés à vue après la mort d’un policier

PARIS (AFP), 13/04/07, 12:08 - Quatre jeunes gens, dont un qualifié par les enquêteurs de "témoin clé et très important", étaient en garde à vue vendredi matin dans le cadre de l’enquête sur la mort de Reynald Caron, le gardien de la paix tué lundi soir à la Foire du Trône à Paris (XIIe).

Ce "témoin très important" a été arrêté jeudi soir à Blois (Loir-et-Cher), où il avait apparemment pris la fuite "se sachant recherché", selon des sources proches de l’enquête.

Il a "moins de 17 ans" et son audition "peut se révéler capitale afin de déterminer si le policier décédé a été ou non poussé volontairement", selon ces même sources. Ce "très fort gaillard au passé judiciaire chargé", selon les mêmes sources, a été présenté par des témoins, à la PJ, comme "ayant pu bousculer ou pousser volontairement" M. Caron le soir des faits. Mais cela "reste à confirmer", selon ces sources, les témoignages étant "contradictoires" de ce point de vue et "à manier avec extrême prudence".

Un quatrième jeune homme a par ailleurs été interpellé vendredi matin à Evry (Essonne), selon ces mêmes sources, puis placé lui aussi en garde à vue. Deux jeunes gens, présentés par les enquêteurs comme "des témoins clés", avaient été placés en garde à vue jeudi dans l’enquête sur la mort du policier. Les obsèques de ce policier de 31 ans, tué par la nacelle d’un manège à la Foire du Trône, ont été célébrées jeudi en présence du ministre de l’Intérieur, François Baroin.

Ces deux suspects, dont l’un est âgé de 17 ans, étaient entendus depuis jeudi matin par la police judiciaire (PJ), qui a précisé que "l’enquête progresse". Ils étaient toujours en garde à vue vendredi en fin de matinée. L’enquête doit trancher entre l’hypothèse accidentelle, la thèse officielle avancée peu après les faits, et celle d’un acte volontaire.

Lundi, vers 21H00, une bousculade à l’entrée du manège "Le Maxximum" avait été provoquée par une bande de jeunes dont certains étaient de présumés resquilleurs. Cinq policiers se sont interposés. M. Caron a été tué sur le coup par la nacelle de ce manège. Les deux jeunes gens interpellés jeudi ont reconnu avoir participé aux échauffourées avec des forains, qui ont précédé la chute du gardien de la paix, a annoncé jeudi le procureur de la République, Jean-Claude Marin.

L’un d’eux a en outre reconnu figurer parmi les resquilleurs à l’origine des échauffourées et avoir échangé des coups avec des forains sur la plate-forme de l’attraction, a précisé M. Marin. Concernant l’enquête sur l’origine de la chute du policier, le procureur a fait état de "nouveaux témoignages", émanant de personnes présentes dans la nacelle du manège. Selon ces témoignages, il y aurait eu "des gestes dirigés vers le policier" et non plus un simple "effet de foule" comme l’avait annoncé dans un premier temps le procureur, lors d’"un point d’étape" de l’enquête mercredi, sur la foi des premiers témoignages.

Les interpellations effectuées par la PJ ont toutes visé une bande de "jeunes blacks", selon les sources proches de l’enquête, d’une cité HLM réputée sensible d’Evry, la cité des "Pyramides".

Si l’hypothèse d’un acte volontaire se confirmait durant ces gardes à vue, elle contredirait les auditions des collègues de M. Caron qui l’ont écartée, parlant bel et bien d’un "effet de foule" ayant provoqué la chute de la victime.

Suivant
Imprimer l'article