Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Milan : Les Chinois se révoltent contre les autorités de la ville
(Le 13 avril 2007)

Les Chinois de Milan se révoltent contre les autorités de la ville

(AFP - 13/4/2007 à 5h14). Une quinzaine de personnes ont été blessées jeudi à Milan lors d’échauffourées entre les forces de l’ordre et des centaines de ressortissants chinois, après la verbalisation jugée injustifiée d’une commerçante chinoise. Quelque 12.000 ressortissants chinois sont légalement recensés sur la commune de Milan. Depuis plusieurs mois, ils s’estiment mal traités par les autorités de la ville.

Une commerçante d’origine chinoise, au volant de sa voiture, a été contrôlée par une patrouille de police et a commencé à contester bruyamment la contravention de 40 euros qui lui a été dressée parce qu’elle était garée sur une place interdite.

La scène a attiré plusieurs témoins puis toute une foule qui a fini par réunir environ 350 personnes dans le quartier chinois de Milan, selon la chaîne d’information en continu SKY TG 24.

Des dizaines de membres de forces de l’ordre en tenue anti-émeute ont été envoyés sur place et la manifestation a dégénéré en violents affrontements, faisant une quinzaine de blessés dont onze du côté des policiers, selon SKY.

"Ce n’est pas un cas isolé. Cela fait deux mois que nous sommes soumis à une forte pression. Je suis ici pour défendre les intérêts des commerçants chinois qui paient leurs taxes et sont en règle", a déclaré le consul de Chine à Milan Limin Zhang, selon des propos rapportés par l’agence Ansa.

"Nous ne tolèrerons aucune zone franche dans la ville. Je refuse qu’à cause d’une violation du code la route, de tels incidents se produisent dans notre ville", a rétorqué le maire de Milan Letizia Moratti au cours d’une conférence de presse spécialement organisée.

Suivant
Imprimer l'article