Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

La "kale borroka", une guérilla urbaine au Pays basque
(Le 16 août 2007)

La "kale borroka", une guérilla urbaine au Pays basque

LE MONDE | 16.08.07 | 15h51 • Mis à jour le 16.08.07 | 15h53

La violence urbaine connaît une poussée depuis deux jours au Pays basque espagnol. Les derniers incidents ont commencé dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 août, vers 22 heures, à Saint-Sébastien.

Plusieurs personnes cagoulées ont mis le feu à un autobus en plein centre-ville, sans faire de victimes. Plus tard, dans la vieille ville, des cocktails Molotov et divers projectiles ont été lancés en direction des forces de l’ordre, provoquant des blessures légères sur un policier. Deux hommes, de 20 et 21 ans, ont finalement été arrêtés.

Dans la nuit de lundi à mardi, un premier incident avait éclaté, toujours à Saint-Sébastien, où une permanence du Parti nationaliste basque (modéré), au pouvoir dans la région, fut attaquée avec des bouteilles incendiaires. La même nuit, près de Bilbao, à Amorebieta, des inconnus ont incendié des conteneurs à ordures dans plusieurs rues de la ville et lancé ensuite des cocktails Molotov sur cinq distributeurs automatiques de billets.

Cette guérilla urbaine, dénommée "kale borroka", est organisée par les jeunes indépendantistes radicaux. Beaucoup d’entre eux s’y forment avant d’intégrer l’ETA. L’actuel responsable présumé de l’appareil militaire de l’ETA, Garikoitz Aspiau, alias "Txeroki", est lui-même un ancien de la "kale borroka".

Cette guérilla urbaine inventée par l’ETA reste un moyen de pression, un "terrorisme de basse intensité", permettant, selon l’organisation terroriste, de "socialiser la terreur". Les jeunes indépendantistes s’en prennent généralement au mobilier urbain : autobus, distributeurs automatiques de billets, conteneurs à ordures, voitures restent leurs cibles préférées.

Cette pratique a connu un fort regain à l’automne 2006, tandis que les indépendantistes basques dénonçaient la paralysie du dialogue entre le gouvernement espagnol et l’ETA lors de la trêve alors en cours. Une trêve finalement rompue par l’ETA après l’attentat de fin décembre 2006, à l’aéroport de Barajas, à Madrid, qui a coûté la vie à deux personnes. Et définitivement abandonnée, le 4 juin, par la bande armée qui a mis fin à son "cessez-le-feu permanent". - (Intérim.)


Trois engins désamorcés près d’un hôtel à Anglet Trois engins explosifs artisanaux ont été désamorcés, mercredi 15 août, à proximité d’un hôtel, à Anglet (Pyrénées-Atlantiques). La veille, à 3 heures, un appel anonyme aux services des pompiers avait annoncé que trois bombes allaient exploser, ajoutant que "le Pays basque n’est pas à vendre". La pression foncière est en effet le principal motif de revendication lors des attentats au Pays basque français (Le Monde du 14 août). Des recherches avaient ensuite été lancées, mais n’avaient pas abouti. C’est un employé de l’hôtel qui a découvert le premier engin, mercredi vers 9 heures. Les deux autres ont été trouvés par la police, dans la matinée.

Article paru dans l’édition du 17.08.07.

Suivant
Imprimer l'article