Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Thessalonique : émeutes après la mort d’un nigérian
(Le 22 août 2007)

euronews - Mercredi 22 août, 18h34

Emeutes dans le nord de la Grèce après la mort suspecte d’un immigré

Des membres de la communauté nigériane, rejoints par des anarchistes et d’autres marginaux, se battent avec les forces de l’ordre depuis samedi, jour du drame.

Tony Onuoha, 25 ans, en situation régulière, est tombé d’un balcon après avoir été poursuivi par deux hommes dont sa famille et ses amis ont dit qu’il s’agissait de policiers.

Un chargé d’affaires à l’ambassade du Nigéria a appellé ce mercredi ses conpatriotes au calme, et aussi à "rester éloignés des anarchistes qui se sont infiltrés dans les manifestations pour troubler l’ordre public à Thessalonique".

Le jeune immigré vendait des CD et des DVD piratés, comme beaucoup de ses compatriotes dans cette partie côtière du nord de la Grèce, mais la police grecque a nié toute implication dans sa mort.

*******

Les émeutes se poursuivent en Grèce après la mort d’un jeune immigré Nigerian tombé d’un balcon.

Reuters TV, 08/22/07 14:56:52

La police a lancé des gaz lacrymogènes pour disperser une foule de jeunes anarchistes encagoulés soutenant les immigrés nigérians qui manifestaient contre la mort d’un de leurs compatriotes mardi (21 août). Les jeunes avaient mis le feu dans les rues et jeté des pierres contre la police anti-émeute après une marche des Grecques et de la communauté nigériane dans la ville de Thessalonique au nord du pays. Les arbres et les poubelles ont été incendiées par les jeunes alors que les rues se recouvraient des fumées des tirs des lacrymogènes.

La police a arrêté 20 jeunes avant que les autres se dispersent, cette troisième nuit d’émeute déclenchée par la mort d’un jeune Nigérian.

Tony Onuoha, 27 ans, légalement installé en Grèce, tentait d’échapper à deux hommes dans un café lundi soir (18 août), avant de chuter d’un balcon sur le pavé, selon la police.

Onuoha était connu pour ses activités de vente de CD et de DCV piratés dans les cafés à travers la ville. Les légistes qui ont examiné son corps mardi ont dit qu’il n’y avait aucun signe de lutte et que l’homme était mort des suites de blessures graves sur la tête.

Mais pour les amis, la famille et l’avocat d’Onuoha, il était poursuivi par des agents de police sous couverture qui le harcelaient. "Ils l’ont poussé, ils l’ont trainé et tenu (avant qu’il tombe). Il disait ’excusez-moi’, excusez-moi, lâchez moi, lâchez moi’. Et comme la marche était un peu basse, il ne pouvait plus tenir et il s’est tourné sur le dos. Il est tombé et sa tête a cogné le sol", explique son frère James.

La police nie toute implication dans l’incident et affirme qu’il n’y avait aucun agent de police chargé de retrouver les CD piratés au moment de la mort de Onuoha. Elle a déclaré que les groupes de jeunes anarchistes exploitaient la situation pendant les manifestations.

Les Nigérians et les membres des mouvements de lutte contre le racisme se sont heurtés à la police peut après sa mort samedi et encore mardi.

Une enquête officielle a été ouverte.

Le chargé des affaires de l’ambassade du Nigeria en Grèce Mohammed Sani Dole, a rencontré les responsables de la police mercredi (22 août) et lancé un appel au calme à la communauté. Il a indiqué que la police était à la recherche des deux hommes.

Des milliers d’immigrés Nigérians vendent des CD piratés en Grèce pour vivre et la police a commencé à prendre des mesures énergétiques contre ces vendeurs dans les rues.

"Mon frère et ma famille sont importants pour moi. Je ne sais même pas si je vais dire à ma famille ce qui s’est passé, c’est un très grand choc pour eux", poursuit James, le frère de la victime.

http://tvscripts.edt.reuters.com/2007-08-22/3ea2d97c.html

Suivant
Imprimer l'article