Revenir aux brèves

Actions directes

Afrique

Allemagne

Amérique du Sud

Antifascisme

Asie

Australie

Belgique

Canada

Ecoles

Espagne

Etats-Unis

Europe

Faux-amis

Grèce

Italie

Keufs, juges, contrôleurs, militaires, journalistes...

Libération animale

Monde

Moyen/Proche-Orient

Notes critiques

Nuisances et Technologies

Parutions

Pays-Bas

Prisons & Centres de rétention

Publicité

Repression et Propagande policiere

Réacs de tous poils

Russie/Ukraine/Biélorussie

Solidarité(s)

Squats

Suisse

Turquie

Revenir à Cette Semaine

Paris : une femme sans-papier attaque son patron puis se défend contre les keufs à coup de couteau
(Le 1er septembre 2007)

Une femme grièvement blessée par un policier après en avoir agressé un autre

AFP 01.09.07 | 14h50

Une femme a été grièvement blessée samedi à Paris par un policier alors qu’elle venait d’agresser à coups de couteau un collègue de ce dernier, lors d’une intervention consécutive à un licenciement dans un restaurant du XVIème arrondissement, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

Vers 11H00, les policiers ont été appelés dans le restaurant japonais "Yushi", au 129 rue Lauriston, après qu’une des employées ait violemment réagi à une annonce de licenciement, selon la préfecture et un journaliste de l’AFP qui s’est rendu sur place.

Une source policière avait initialement parlé par erreur d’une dispute conjugale.

Selon la version recueillie par un journaliste de l’AFP auprès de la police sur place, l’employée licenciée, une asiatique sans-papier dont l’identité, la nationalité et l’âge n’ont pas été précisés, s’est saisie d’un couteau de cuisine et a menacé plusieurs personnes dans le restaurant. Une personne est parvenue à alerter la police.

Un fonctionnaire de police a alors tenté de maîtriser la femme avec un Taser, mais le pistolet à impulsions électriques (PIE) n’a pas fonctionné pour des raisons inexpliquées.

La femme a profité de cette défaillance pour frapper le policier à trois reprises, notamment à la cuisse et dans la région du coeur, ce dernier coup ayant été arrêté par un gilet pare-balles, selon les mêmes sources.

Un second fonctionnaire de police a alors fait usage d’une arme à feu, blessant la femme à l’omoplate. La blessée, conduite à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, est "dans un état grave mais stable" selon la préfecture.

Le fonctionnaire de police blessé à la cuisse et à la main a été transféré à l’hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

La première DPJ a été chargée de l’enquête et parallèlement l’IGS, la police des polices, a également ouvert une enquête.

"Selon les premiers éléments, la légitime défense ne fait aucun doute", a estimé Arnaud Buisson, du Syndicat général de la police (SGP-FO), qui s’est rendu sur place. "S’il y a eu un coup de feu, c’est que la vie de notre collègue était manifestement en danger", a-t-il assuré.

Suivant
Imprimer l'article